Irak : les chrétiens traqués

irak-chretiens-arameens-a-mar-matteiLe 2 mai dernier, une voiture piégée a explosé près d’un autobus ayant à son bord des étudiants chrétiens partis de Hamdaniya, une ville essentiellement chrétienne située à 40 km à l’est de Mossoul. Quatre personnes ont été tuées et plus de 150 blessées. « Comment cela est-il possible ? Que font les forces de sécurité ?» s’est interrogé le père Warda, prêtre rédemptoriste d’Erbil (capitale du Kurdistan irakien). « Le vide de pouvoir qui s’est créé après les élections, l’absence d’un nouveau gouvernement, les diatribes au sein des partis, ne font qu’accentuer ce terrain de violence » a déclaré Mgr Nona, évêque de Mossoul.

Plusieurs milliers de chrétiens ont défilé le lendemain dans les rues de Hamdaniya, au nord du pays, pour dénoncer l’inertie du gouvernement et des organisations internationales face à l’insécurité ambiante.

 

Le 10 avril précédent, les catholiques de Baghdeda, au nord du pays, avaient érigé une statue du Christ, pour transmettre un « message de paix et d’espérance aux martyrs » victimes de la lutte entre Kurdes et Arabes pour le contrôle des territoires. La statue est une reproduction du Christ rédempteur qui domine Rio de Janeiro.

 

L’Irak compte 15 diocèses catholiques, dont 11 chaldéens, 2 syriens, un latin et un arménien. Soit près d’un demi-million de fidèles.

 

Partager :
Cette entrée a été publiée dans Actualité. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.