200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Mgr Joseph Ngô Quang Kiêt

La bataille du Tonkin photo-mgr-kiet
Archevêque de Hanoï depuis 2005, Mgr Kiêt a vécu une année 2008 relativement difficile. Avec un groupe de bienfaiteurs de l’AED venus de France, nous le rencontrons chez lui, à l’archevêché de Hanoï, au mois de novembre. Même si la situation reste crispée, l’évêque nous confirme que la tension a baissé par rapport aux deux mois précédents, où il s’est retrouvé la cible d’une féroce campagne de dénigrement, stigmatisé par les autorités politiques. Son crime ? Avoir initié des rassemblements de prière publics, pour défendre les droits de l’Eglise.
Cela fait quelques années que des pas sont faits en vue d’un rapprochement entre le Vatican et le Vietnam, même si on peut imaginer, ce que nous suggérera le cardinal de Saïgon, Mgr François Xavier Pham Minh Mân, qu’il faille d’abord attendre la Chine. La restitution des biens confisqués à l’Eglise reste une question délicate. Parmi ces biens se trouve l’ancienne délégation apostolique de Hanoï, qui jouxte l’archevêché. La construction d’édifices, n’ayant rien à faire avec l’Eglise sur la propriété de la délégation, avait suscité en décembre 2007, à l’appel de l’archevêque, une résistance passive des chrétiens qui se retrouvaient pour prier devant la délégation. En février, après l’intervention du Saint Siège et un engagement des autorités à résoudre le problème, les manifestations avaient cessé, pour reprendre en septembre, devant le statu quo. A cela s’ajoutait un souci identique pour la paroisse de Thai Ha, toujours à Hanoï, où Mgr Kiêt soutenait publiquement la cause de la paroisse. C’était sans doute trop pour les autorités qui réagirent avec beaucoup de violence et de provocations.
Finalement, les choses sont (plus ou moins) rentrées dans l’ordre. L’édifice construit sur la propriété de la délégation a été détruit au bulldozer, le parc de la délégation transformé en jardin public et les inculpés de Thai Ha n’ont reçu que des peines avec sursis. Il y a visiblement eu volonté d’apaisement. L’annonce de la nomination du père Lorenso Chu Van Minh comme évêque auxiliaire de Hanoï le 15 octobre traduisait cette baisse de tension. Le lendemain, Mgr Kiêt demandait dans une lettre publique de « cultiver l’esprit de dialogue dans la franchise » mais aussi de « continuer de prier personnellement et collectivement ». Le combat continue !

Le Vietnam a une géographie particulière avec deux grandes poches fertiles et peuplées, une au nord, l’ancien Tonkin, et une au sud, l’ancienne Cochinchine, les deux reliées par un « couloir » littoral, l’ancien Annam, où se situait la capitale, Huê. Avec la guerre d’Indochine puis la guerre du Vietnam, c’est Hanoï, la capitale du nord, qui est redevenue avec ses trois millions d’habitants, le centre politique du pays.

Mentions légales | Crédits | Vie privée | Informations Cookies