200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Des convertis de l'islam

Tout lâcher pour le Christ

Ils arrivent dans une salle comble, guettés par des centaines de regards curieux, l’air un peu timide.
Ici, à Madrid, devant des jeunes des JMJ, Myriam et Michel vont témoigner de leur conversion radicale, de la rencontre bouleversante qu’ils ont faite avec le Christ. Tous deux musulmans d’origine, respectivement originaires du Maroc et du Liban, ils ont tout quitté pour répondre à l’invitation de leur Seigneur. Le témoignage commence par un « Je vous Salue Marie ». « Dans le Christ il y a tout, et dans l’Église catholique, il y a le soutien suprême de la Vierge Marie », diront-ils plus tard.

« Il y a sept ans, j’étais une musulmane pratiquante, dans une piété qui me convenait très bien », commence la jeune fille, âgée d’une trentaine d’année. Un jour, elle prie à deux reprises pour tous les prophètes reconnus par le Coran. Par deux fois, elle voit Jésus et Marie en songe, qui lui tendent les bras. Elle a la vision de son baptême. A ce moment-là, raconte-t-elle,  « je vois l’Esprit Saint qui descend sur le Christ entouré de douze hommes,  qui répandent la lumière à leur tour. Je vois des guérisons miraculeuses à travers l’eau, et je finis pas voir le Christ crucifié avec un regard déchirant de douleur, qui me dit qu’il me comprend dans mes profondeurs ». Depuis cet instant, Myriam sait que Jésus est à ses côtés, quelles que soient les difficultés qu’elle traverse.  « Quand on a un appel du Christ, on n’a pas à craindre. Il prévoit un programme personnalisé ». Même si elle a mis beaucoup de temps à trouver un prêtre qui écoute son témoignage et qui la prépare à recevoir le baptême, même si aujourd’hui elle est obligée de cacher sa foi nouvelle à son entourage, Myriam évoque une véritable « délivrance », un passage « des ténèbres à la lumière ».

Pour Michel, le chemin fut plus long. Tout commence lorsqu’il a 13 ans. Sur les conseils d’un de se professeurs chrétien, il se met à prier pour résoudre des problèmes familiaux. « J’ai trouvé ça formidable, ça marchait comme de la magie »,  se souvient-il. Il récite le chapelet fréquemment et pose de plus en plus de questions à son professeur. Un jour, il a un songe : « J’ai vu une dame habillée tout en blanc dans mon salon. Elle était face à moi. Elle avait les bras ouverts, elle avait un sourire magnifique, éclatant ».  Ce songe le marque à jamais. Il comprend plus tard qu’il s’agit de la Vierge Marie. Le chemin chaotique qu’il traverse ensuite est marqué par les doutes et l’apprentissage de l’humilité. Il arrive finalement en France, où il se défait progressivement de son appréhension à l’égard « des hommes de religion », comme il le dit lui-même, et intègre l’Eglise catholique. Accompagné par l’association Notre-Dame de Kabylie (fraternité qui soutient les convertis venant de l’islam), Michel a reçu le baptême l’année dernière. « Aujourd’hui, je laisse la Vierge Marie me guider, je sais que je ne serai jamais déçu. »
Myriam et Michel savent désormais que Dieu fait d’eux des témoins privilégiés dans l’annonce de son Royaume. Ils portent cette mission avec pudeur, force et espérance.

Mentions légales | Crédits | Vie privée | Informations Cookies