Comment nous aidons les projets


L’AED est une Œuvre internationale d’aide pastorale, Fondation de droit pontifical. L’Église a confié à l’AED une mission pastorale pour le monde entier, celle de  » remplir un mandat précis de l’Église dans un secteur spécifique qui est le service de la charité envers les Églises locales les plus souffrantes et nécessiteuses « .

Le but de l’organisation est essentiellement pastoral, c’est ainsi qu’elle répond aux demandes des Églises locales persécutées, menacées et démunies dans plus de 150 pays du monde. Ces demandes sont adressées par l’intermédiaire des évêques ou par les supérieurs des communautés religieuses. Les Églises locales déterminent les priorités et l’AED tient compte de la situation socio-politique, économique et culturelle des projets. L’AED n’apporte pas d’aide socio-caritative sauf s’il s’agit de réfugiés. Si les projets ne correspondent pas aux critères pastoraux énoncés ci-après, les demandes sont orientées vers les organismes spécialisés.

Schéma des différentes étapes d’un projet et dimension administrative

Les étapes d'un projet AEDLes documents nécessaires pour pouvoir étudier une demande :

  • Une description du projet et les objectifs poursuivis. Si possible quelques photos.
  • Le contexte local.
  • Une recommandation de l’évêque ou du supérieur majeur de la communauté. Cette recommandation doit être plus large qu’une simple signature. Elle doit montrer que le projet est une priorité dans le diocèse concerné. S’il y a plusieurs priorités déjà citées, l’évêque devra alors désigner la priorité des priorités. Sans cette recommandation, le projet ne peut être pris en considération.
  • Une confirmation de la participation locale.
  • Le budget prévu et la participation demandée à d’autres organismes en cas de co-financement (ce critère est important car les organismes d’aide se concertent lorsqu’il y des décisions communes à prendre).
  • Le montant de la participation demandée à l’AED.

Lorsque le dossier est complet, il est adressé au siège à Königstein en Allemagne et confié au responsable de la section concernée. Les priorités de l’AED sont les suivantes :

  • La construction d’églises, couvents, séminaires et centres catéchétiques (nos subsides dans ce domaine sont toujours très limités en raison du manque de fonds).
  • La formation religieuse, principalement celle des grands séminaristes et des novices. Nous soutenons également la formation des catéchistes et des laïcs.
  • Les offrandes de messe et l’aide d’existence pour les religieuses en charge de la pastorale, la première évangélisation, surtout là où la foi est menacée ou n’a pas encore été prêchée, la distribution de livres religieux. Nous soutenons aussi des projets de traduction dans les langues locales.
  • Les bourses d’étude pour les futurs formateurs de séminaires et de noviciats (maîtrise, doctorat) et pour ceux qui auront des responsabilités au sein des diocèses et des communautés religieuses (en France, le secrétariat national travaille avec le P. Xavier Rambaud, responsable des prêtres étrangers à l’archevêché de Paris).
  • Les moyens de transport pour le travail pastoral essentiel.
  • L’aide caritative et pastorale pour les réfugiés.
  • Etc.

Lors de l’attribution des sommes demandées, l’AED envoie une lettre de décision. Le paiement est effectué dans la majorité des cas quelques mois après, selon les moyens financiers disponibles. L’AED dépend à 100 % des dons de ses bienfaiteurs dans les 20 pays qui ont un bureau national. L’AED demande immédiatement un accusé de réception de la somme et par la suite, un compte-rendu détaillé sur l’utilisation du subside.

Tous les ans, dans le Bulletin de juillet, l’AED publie la répartition des dons reçus pour l’année précédente.