Qui sommes-nous ?

L’AED a été fondée en 1947 dans un esprit de réconciliation. Fondation internationale de droit pontifical, elle ne vit que de dons.

Le P. Werenfried et Mère Teresa en Inde

L’AED est fondée en 1947, au lendemain de la seconde Guerre Mondiale, par un religieux hollandais, le Père Werenfried. Elle soutient les chrétiens dans le monde, là où ils sont confrontés à des difficultés matérielles ou à des persécutions.


La mission de l’AED était au départ localisée en Allemagne et Europe de l’Est. Elle s’est développée au fil des années et en fonction des besoins et des appels des papes successifs en Asie, en Amérique latine, en Afrique puis au Moyen-Orient. En 2015, l’AED compte 21 pays donateurs, dont la France.

Les trois missions de l’AED, définies par son fondateur, sont :

  • informer sur la situation des chrétiens et sur l’état de la liberté religieuse dans le monde
  • prier pour les chrétiens qui souffrent
  • partager c’est-à-dire soutenir financièrement des projets en lien avec l’Église locale.

Aujourd’hui, on estime que 200 millions de chrétiens ne peuvent pas vivre leur foi librement.

L’AED finance plus de 6000 projets par an dans 140 pays. Les aides de l’AED sont avant tout pastorales et répondent toujours aux demandes des évêques locaux (aide de séminaristes à travers des bourses d’étude, construction d’églises, diffusion de bibles en langues locales). Depuis quelques années, l’AED déploie également des aides d’urgence auprès des réfugiés : par exemple plus de 20 millions pour les réfugiés irakiens depuis l’été 2014, et plus de 13 millions pour les réfugiés syriens depuis le début de la guerre en mars 2011.

Observatoire de la liberté religieuse
L’AED a aussi pour mission de défendre la liberté religieuse dans le monde, qu’elle promeut en tant que droit fondamental de la personne humaine, quelle que soit la religion concernée. Elle agit par ses déclarations et les appels qu’elle lance pour sensibiliser l’opinion publique et les décideurs. Agissant dans 140 pays touchés par la persécution religieuse ou le dénuement, l’AED est un observateur privilégié des enjeux géopolitiques de ces pays. Elle mène un travail de recueil d’informations, de contacts, d’observation et d’analyse de ces situations, et publie tous les deux ans un Rapport sur la liberté religieuse dans le monde.

Vidéo : les missions de l’AED 

 

De nombreux projets à travers le monde :

6 209 projets soutenus en 2015

Répartition des fonds :

  • 29,5 % : Afrique
  • 15,4 % : Asie
  • 13.6 % : Amérique latine
  • 21.7 % : Moyen-Orient
  • 16.7 % : Europe de l’Est et orientale
  • 3,1 % :  pays occidentaux

« En 2015, nous avons été en mesure de financer des projets pour près de 95 millions d’euros, un record pour notre Fondation.

Nous avons reçu plus de 8.000 demandes – un nouveau record ! – et réussi à financer 6.209 projets. Environ 1.110 projets ont dû être refusés, principalement en raison d’un manque de fonds, et les projets restants ont été reportés à 2016, dans la mesure il nous manquait encore les détails nécessaires pour prendre une décision.

Heureusement, nous avons été en mesure de répondre à l’augmentation du nombre de séminaristes au sein de l’Église, en soutenant la formation de 1.406 séminaristes de plus que l’année précédente. La plus forte hausse a été en Afrique. Au total, nous avons soutenu 11.075 séminaristes dans le monde entier, c’est-à-dire un séminariste sur dix. En Afrique, un séminaire sur deux a reçu notre aide, ce qui suit le rythme de la croissance de l’Église.

Nous avons reçu et distribué 1.431.380 intentions de messe, ce qui signifie qu’une messe est célébrée quelque part dans le monde toutes les 22 secondes pour les bienfaiteurs de l’AED. Nous avons également pu contribuer à la subsistance de 3.124 sœurs actives et de 1.404 sœurs contemplatives sur les différents continents.

Nous avons soutenu 1.705 projets de constructions de toutes sortes : des chapelles, couvents, presbytères, séminaires, centres pastoraux, et nous avons réussi à alléger le fardeau de 1.255 prêtres, religieuses et catéchistes, en leur fournissant un moyen de transport de quelque nature que ce soit, y compris des ânes et des bateaux.

Ce n’étaient là que quelques exemples de la diversité des projets financés au cours de l’année écoulée. En 2016, de nombreux défis nous attendent – malheureusement, beaucoup restent inchangés, parce que l’intégrisme religieux et l’instabilité politique dans de nombreuses régions du monde ne montrent pas des signes de ralentissement. Mais 69 ans d’existence en tant qu’organisation nous ont montré qu’il fallait avoir confiance en la Providence Divine et en l’intercession de notre Divine Mère, et que même ce qui est apparemment impossible peut devenir possible. »

Regina Lynch, responsable des projets de l’AED dans le monde, 16 mars 2016