200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

SYRIE : aide aux réfugiés syriens pour passer l'hiver

Cet hiver au Moyen-Orient devrait être très dur. D’après le Père Faddoul, de la Caritas Liban : « Les températures sont inférieures à zéro degré. Il a neigé dans de nombreuses régions où vivent des réfugiés. Nous sommes de tout cœur avec ces pauvres gens qui ont d’abord été témoins de cette guerre et ont ensuite perdu leur patrie parce qu’ils devaient s’enfuir. Beaucoup de leurs enfants n’ont pas suffisamment de vêtements. Il n’y a pas assez de couvertures chaudes, de nourriture et d’appareils de chauffage. Ils restent dans leurs tentes, dans des bâtiments en gros-œuvre ou des logements provisoires et prient que la tempête décroisse sans que leurs habitations soient détruites. En bref, en ce moment, ils mènent une vie misérable ».

Entre-temps, les organisations d’aide humanitaire feraient de leur mieux, assure le Père Faddoul, pour aider les gens. Le gouvernement libanais ferait ce qu’il peut. Ce ne serait toutefois pas beaucoup, continue le Père Faddoul. « Nous sommes prêts à fournir des aides d’urgence. Nous l’avons déjà fait l’an dernier, lorsque des fortes pluies avaient emporté les tentes et maigres affaires des réfugiés. Maintenant, nos collaborateurs distribuent des couvertures, des vêtements, du mazout et de la nourriture là où ils le peuvent.”

Selon le directeur de Caritas Liban, 1,1 million de réfugiés syriens vivraient actuellement au Liban, alors que ce pays lui-même ne compte qu’environ quatre millions d’habitants. « Nous en appelons à tous les êtres humains de bonne volonté et qui ont bon cœur de se pencher sur cette tragédie et de pas tolérer que la détresse du peuple syriens soit oubliée. Ils ont besoin de notre soutien. Quant aux organisations humanitaires, elles ont aussi besoin d’aide pour soulager la douleur et la souffrance de tant de gens », conclut le Père Faddoul.

En Jordanie aussi, la situation est inquiétante. Après le Liban, c’est le pays où se sont réfugiés la majeure partie des Syriens. Les Nations Unies estiment que plus de 400 000 réfugiés syriens séjournent en Jordanie. Omar Abawi, membre de Caritas Jordanie, nous a récemment confié : « La situation est dramatique à cause de l’hiver. Les gens ne sont pas habitués à de telles températures et n’y sont pas préparés. Nous aidons autant que nous pouvons, en fournissant des couvertures, des vêtements et des moyens de chauffage. Nous préparons actuellement un programme d’urgence pour environ 70 000 personnes. » Selon Omar Abawi, il n’y aurait aucun chrétien dans les grands camps de réfugiés. Ils auraient surtout trouvé refuge dans des institutions de l’Église, chez des parents ou auraient loué des logements. « Ils craignent d’être victimes d’exactions dans les camps. Ils sont suspectés d’être partisans du régime. C’est pourquoi il est impossible de garantir leur sécurité dans les camps. »

Depuis juin 2011, environ 190 000 réfugiés se sont fait enregistrer chez Caritas Jordanie. « Nous aidons sans faire de distinction religieuse », poursuit Omar Abawi. Environ 500 familles parmi ces réfugiés seraient chrétiennes. La tempête de neige « Alexa », qui sévissait depuis mercredi dernier sur l’ensemble du Proche-Orient, amenant dans son sillage une dépression froide, a diminué. Mais malgré les températures toujours basses, le dégel a transformé beaucoup de campements de réfugiés en terrains boueux. « L’Aide à l’Église en détresse » soutient les aides aux réfugiés en Syrie et hors du pays. Le Père Andrzej Halemba, directeur du département du Proche-Orient de « L’Aide à l’Église en détresse », a dit mardi : « Ce n’est pas facile d’organiser des activités caritatives en Syrie et dans les pays voisins. Beaucoup de localités sont inaccessibles pour les organisations humanitaires. Nous autres de ‘L’Aide à l’Église en détresse’ profitons de canaux de l’Église. Cela nous permet d’accéder à des localités où l’aide est nécessitée. Grâce à nos donateurs, nous avons pu apporter en Syrie un soutien de presque trois millions d’euros depuis le début du conflit. Rien que cette année, nous avons mis en œuvre presque deux millions d’euros.

En 2013, nous avons fourni une aide de 200 000 euros aux réfugiés en Jordanie, au Liban et en Turquie ». Le Père Halemba a souligné par ailleurs que la faim constituait le plus grand danger auquel les Syriens devaient faire face. « (80 % d’entre eux craignent de plus avoir suffisamment de nourriture. Les prix explosent : à certains endroits, le prix du pain a quintuplé. Même les aliments de base ne se trouvent plus que très difficilement et sont à peine abordables. Sans aide extérieure, beaucoup de gens ne survivront pas ». Le Père Halemba y voit une réalisation des intentions du fondateur de « L’Aide à l’Église en détresse ». « Le Père Werenfried van Straaten, notre fondateur, a écrit un jour : le christianisme sans l’amour est un mensonge. Il est temps maintenant de prouver notre amour à nos frères et sœurs en Jésus-Christ qui sont dans une telle détresse. Selon le Père Halemba, les perspectives sont sombres pour 2014. « 75 % des 22 millions de Syriens auront besoin d’aide humanitaire l’an prochain. Nous entendons souvent la question : ‘Pourquoi le monde nous a-t-il oubliés ?’ »


Mentions légales | Crédits | Vie privée | Informations Cookies