SYRIE : « la couverture médiatique n’est pas objective »

Dans une prise de parole musclée en faveur de la réponse du gouvernement syrien aux protestations et à l’instabilité, Mgr Antoine Audo a accusé les médias, notamment la BBC et Al-Jazeera, d’impartialité et de critique non-fondée du régime de Bachar Al-Assad.

Le jésuite, évêque chaldéen d’Alep, a alerté sur le fait que si le gouvernement d’Assad venait à être renversé, cela occasionnerait une instabilité profonde, une suspension des services de base comme l’électricité, un accroissement de la pauvreté et cela ouvrirait une brèche vers l’islamisation.

Dans un entretien à l’AED, Mgr Audo a affirmé : « Les fanatiques parlent de liberté et de démocratie pour la Syrie, mais ce n’est pas leur but. Ils veulent diviser les pays arabes, les contrôler, s’emparer du pétrole et vendre les armes. Ils recherchent la déstabilisation et l’islamisation ».

« La Syrie doit résister, et résistera. Quatre-vingt pour cent de la population est derrière le gouvernement, comme le sont les chrétiens », a affirmé l’évêque. Mgr Audo a insisté sur le fait que, si Bachar Al-Assad était évincé, la Syrie subirait le problème qu’a connu l’Irak après Saddam Hussein, avec un recul massif de l’ordre et de la justice.

« Nous ne voulons pas devenir comme l’Irak. Nous ne voulons pas d’insécurité et d’islamisation. Nous sommes sous la menace d’une arrivée au pouvoir des islamistes. La Syrie a pris une orientation séculière. Il y a la liberté. Nous avons beaucoup de choses positives dans notre pays ». Et d’évoquer les réformes qui ont été entamées : levée de l’état d’urgence, baisse du prix du pétrole, hausse des salaires, loi en préparation pour mettre fin au système de parti unique… « Cela ne va pas se faire du jour au lendemain ! Il faut soutenir ces réformes et accepter que leurs applications prennent du temps. Il ne faut pas exploiter le problème confessionnel pour semer le désordre et la division ».

Le gouvernement syrien a été fortement attaqué pour sa réponse militaire aux soulèvements. Le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon a considéré la réponse de la Syrie comme « inacceptable ». « Dans certains médias, a précisé l’évêque, tels que la BBC ou Al-Jazeeera, on constate une certaine orchestration visant à déformer le visage de la Syrie. Le gouvernement respecte les personnes qui respectent la loi et l’ordre. La Syrie a beaucoup d’ennemis, et le gouvernement doit se défendre, ainsi que le pays. Il y a une guerre d’information contre la Syrie. La retransmission des médias n’est pas objective. Nous devons défendre la vérité en tant que Syriens et chrétiens ».

L’évêque a précisé que la violence était concentrée aux zones frontalières, notamment celles du nord. Il a affirmé que toute la zone d’Alep était relativement calme. « La vie est normale, continue-t-il. Il y a juste moins de travail, et les transport sont plus compliqués ».

Faisant référence aux 1.5 million de chrétiens du pays, il a expliqué : « Notre situation en tant que chrétiens croyants n’est pas vraiment différente de celle des autres communautés. Nous voulons la paix et la sécurité. Nous ne voulons pas la guerre et la violence, et nous avons beaucoup d’espoir que la situation soit améliorée dans quelques semaines ».

L’AED soutient les chrétiens de Syrie ainsi que les réfugiés irakiens présents en Syrie (à hauteur de 480 000€ en 2010).

Partager :
Cette entrée a été publiée dans Actualité. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.