21 juin : journée mondiale de prière pour le P. Mourad

Le dimanche 21 juin 2015, prions ensemble
pour le Père Jacques Mourad et le peuple syrien.


Le Père Jacques Mourad a été enlevé le 21 mai dans le village d’Al-Qaryatayn en Syrie. 
L’AED aide le P. Mourad et sa communauté depuis 2004 : notre prière est aujourd’hui son meilleur soutien.

« Votre aide est précieuse; c’est un signe pour les chrétiens épuisés qui sont au bord de l’abîme, que l’amour est plus fort que la mort. » Message du P. Jacques Mourad à l’AED

« Nous remercions du fond du cœur les bienfaiteurs de l’AED pour la solidarité manifestée aux populations souffrantes de Syrie, et de notre région en particulier. Et nous vous demandons continuer à prier pour nous. » Il s’agit là de l’un des derniers messages envoyés à l’Aide à l’Église en Détresse par le Père Jacques Mourad, le prêtre enlevé à Qaryatayn, en Syrie, le 21 mai dernier. L’AED a soutenu le travail du prêtre depuis 2004, et en particulier après le début de la crise syrienne en 2011.

Le 21 juin, un mois après son enlèvement, l’AED invite ses 600 000 bienfaiteurs et leur entourage à prier pour le Père Mourad, et en même temps pour les chrétiens et pour tout le peuple de Syrie. Les 21 bureaux de la Fondation pontificale vont lancer une campagne médiatique internationale à travers les médias et les réseaux sociaux, en utilisant le hashtag : #‎PrayingForFatherMourad.

De Deir Mar Musa, monastère fondé par le Père Paolo Dall’Oglio au nord de Damas, la communauté du Père Jacques accueille avec joie l’initiative de l’AED. Vos prières sont importantes, explique le Père Jihad Youssef à l’AED, pour le Père Mourad et pour les chrétiens de Syrie, mais aussi pour les nombreux musulmans qui sont les premières victimes du fondamentalisme. Quantitativement, ils sont les plus nombreux à souffrir à cause de leurs coreligionnaires ».

Le moine de Deir Mar Musa se rappelle comment, dans la région de Qaryatayn, le Père Jacques était devenu un point de référence, y compris pour la communauté musulmane de la région. « Il était très respecté, même par les imams et les cheikhs, déclare le Père Jihad, au monastère de Saint Élie où il vivait et a accueilli plus de 50 familles musulmanes, avec plus de 100 enfants ». Le moine a également aidé ces familles à reconstruire leurs maisons détruites, et leur a donné des vivres et des médicaments, également grâce au soutien de l’AED.

Le Père Halemba, qui s’occupe des projets de l’AED au Moyen-Orient, qualifie de honte l’enlèvement du Père Jacques : « Le Père aidait tout le monde, sans jamais prendre parti. Pourquoi enlève-t-on un homme comme lui ? Nous voyons une fois de plus à quel point la guerre met à l’épreuve les meilleures personnes. Le Père Jacques est un chef spirituel pour nombre de chrétiens et de musulmans. Des personnes des deux religions dirigent leurs regards vers lui et lui font confiance. »

« Notre engagement en faveur des musulmans – a écrit le Père Mourad lui-même à l’AED – est la simple expression de l’Église qui se précipite au secours de tout le monde : les pauvres, les malades, les criminels, les pécheurs et les personnes persécutées. »

Le Père Mourad a été enlevé en même temps que son collaborateur, Boutros Hanna Dekermenjian, un arménien de 38 ans qui a tenté de s’opposer à l’enlèvement. Comme le confirme le Père Youssef à l’AED, il n’y a actuellement pas de nouvelles, ni des deux otages, ni de l’identité des ravisseurs. Appelant à se joindre à la prière, le Père Jihad considère la situation actuelle des chrétiens d’Orient comme « une vraie preuve de foi. Si nous aimons vraiment le Christ crucifié, nous sommes prêts à nous offrir pour les autres ».

Lettre du P. Mourad à l’AED, août 2014

« Très cher Père Halemba (NB: responsable des projets AED au Moyen-Orient),

La bonne nouvelle que nous avons reçue nous a été d’une grande consolation en ces moments délicats où nous sommes envahis par tant de sollicitations. Nous implorons vos intercessions afin que nous puissions mener à terme notre projet de restauration des maisons avant l’arrivée de l’hiver et ainsi, pouvoir mettre ces familles et surtout leurs petits à l’abri du froid et de la pluie. Comme vous le savez, le prolongement de la crise chez nous ne fait qu’accentuer les conditions défavorables et sinistres dans lesquelles vivent les habitants de notre région.

Les besoins se diversifient et s’accroissent d’un jour à l’autre et les responsabilités qui vous incombent augmentent. A cela s’ajoute évidemment la crise que subit l’Eglise de l’Iraq qui n’est que révélatrice de l’angoisse que nous éprouvons sur le sort des chrétiens de la Syrie.Nos efforts pour soutenir les opprimés et les souffrants musulmans dans notre régions n’est aussi que l’expression de la position de l’Eglise qui se veut à l’image du Christ crucifié, qui a porté le poids des malades, des criminels, des pécheurs et des persécutés.

Notre témoignage aujourd’hui est le reflet de la lumière de la croix annonçant un aube nouvel porteur de l’espérance de la résurrection pour l’humanité entière.Je crois que votre contribution est une aide précieuse pouvant aider ce « reste » des chrétiens et ce, partant du principe : l’amour est plus fort que la mort.A notre tour, nous élevons nos prières pour vous et pour tous les bienfaiteurs qui se montrent solidaires, d’une façon ou d’une autre, avec les pauvres et les souffrants dans notre pays en général, et dans notre région en particulier. Grâce à leurs efforts nous vivons l’unité de l’Eglise du Christ « contre elle, les portes de l’enfer ne tiendront pas». (Mt 16,18)

Nous vous remercions du fond du cœur et que le Seigneur Jésus vous rende le centuple de vos dons. Priez pour nous.

P. Jacques Mourad
Responsable du monastère de Mar Elian