200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Centrafrique : « Pourquoi cette guerre a commencé ? »

Publié le 18 mai 2018

Suite à l’attentat du 1er mai à Bangui, de la paroisse Notre-Dame de Fatima, faisant 24 morts, le Père Trinchero, Carme au couvent de Bangui, nous éclaire sur la situation complexe du pays et revient sur ce conflit qui n’en finit pas:

« Qu’est-il arrivé à Bangui ? Le matin du 1er mai, lors d’une célébration dans la paroisse de Notre Dame de Fatima (non loin de notre couvent), un groupe armé provenant du quartier Km5 (une enclave à majorité musulmane, depuis des années le principal foyer des tensions dans la capitale) a ouvert le feu sur les gens en prière, provoquant des morts et des blessés. Les fidèles de Fatima venaient de proclamer leur foi et l’offertoire allait commencer. Mais la Messe a continué avec le sacrifice de 16 chrétiens, parmi lesquels un prêtre, l’abbé Albert Tungumale Baba. L’affrontement s’est ensuite poursuivi – pendant des jours – dans d’autres quartiers de la ville causant d’autres morts, d’autres blessés et la destruction de deux mosquées.

L’abbé Albert, âgé de 71 ans, faisait partie des prêtres les plus anciens du clergé de Bangui. C’était un pasteur respecté et connu pour sa simplicité, sa sympathie, et surtout pour son travail discret et infatigable en faveur de la réconciliation entre chrétiens et musulmans. Lors des phases les plus aiguës de la guerre, il a accueilli durant des années des milliers de réfugiés des quartiers voisins dans sa paroisse, tout près du Km5. (…)

Pour sauver la Centrafrique, on a essayé, et on est en train d’essayer, toute sorte de solution : l’armée nationale, les troupes de l’Union africaine, les soldat de l’armée française (qui a eu le grand mérite d’avoir empêché au conflit de devenir un massacre), ceux de l’Union européenne, puis la Minusca, la grande mission de l’ONU (qui, avec toutes ses limites, est actuellement la seule solution possible), et maintenant les soldats russes sont présents. Le pape François a également essayé, avec sa visite en novembre 2015, et il a réussi à susciter une trêve suffisante pour élire démocratiquement un nouveau président. Avec le temps, malheureusement, l’effet de cette visite a diminué et l’occasion de tourner la page a été une fois de plus gaspillée. Les affrontements se sont multipliés sur toute l’étendue du pays et cette paix, que nous venions de caresser, semble presque plus lointaine qu’avant.

Pourquoi cette guerre a-t-elle commencé ? Et pourquoi semble-t-il impossible de l’arrêter ? Les guerres sont toujours complexes, elles commencent pour de nombreuses raisons et évoluent avec le temps. Même pour ceux qui vivent ici depuis des années, il est difficile d’expliquer les vraies raisons du conflit et, plus encore, de proposer la bonne solution.

Actuellement, les deux camps adversaires ne sont même pas clairement distingués, comme c’était le cas dans les premières années de la guerre, entre Séléka (la coalition de milices à majorité musulmane, y compris de mercenaires d’autres pays) et anti-Balaka (milices d’autodéfense, nées pour la défense de la population du pays, à majorité chrétienne, et avec qui les évêques ont toujours pris de la distance). La Séléka est officiellement dissoute. Actuellement chaque groupe de rebelles a son chef, ses objectifs et sa zone d’influence. Ce n’est pas une guerre conventionnelle maison par maison, quartier par quartier comme Bangui l’avait connu en 2013 et 2014. Maintenant, il y a des affrontements entre les groupes d’autodéfense et les soldats de l’ONU ou les forces de l’ordre. Les trois quarts du pays sont hors de contrôle de l’autorité de l’État.

La guerre en Centrafrique, qui a débuté en 2012, n’est ni confessionnelle ni ethnique. C’est plutôt l’énième conflit pour la conquête du pouvoir et pour l’exploitation des richesses qui abondent dans le sous-sol. Malheureusement, l’élément confessionnel s’est introduit violemment empoisonnant la cohésion entre chrétiens et musulmans.

Bangui et toute la Centrafrique sont à la recherche de héros – parmi ses dirigeants, ses soldats, ses jeunes – afin qu’ils se lèvent comme un seul homme pour dire oui à la paix. »

 

Archives