200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Chili : Les églises martyres de Santiago

Publié le 25 octobre 2020

Il y a des cendres et une odeur de brûlé dans la paroisse centrale de l’Assomption. Du sol de la nef principale, on peut voir les nuages : le toit est complètement détruit. Le clocher qui donnait son identité au quartier, n’existe plus. L’église a été volontairement brûlée ce 18 octobre. En un an, 57 églises ont ainsi été attaquées.

Ses deux cloches sont tombées de haut quand la tour s’est effondrée ; l’une a été détruite et l’autre a été sauvée des décombres. Des bancs et des autels avaient déjà été incendiés et détruits lors des manifestations de l’année dernière. Après les attaques de 2019, des barres avaient été placées sur les portes et des protections sur les vitraux, mais cela n’a pas été suffisant.

« En attendant de la voir brûler »

L’atmosphère était tendue. L’église a continué à souffrir tout au long de l’année 2020 des menaces et des graffitis « En raison de son emplacement, à quelques mètres de la place Baquedano, la communauté paroissiale avait un sentiment d’insécurité constant, y compris pendant la quarantaine. Depuis 2019, les murs intérieurs et extérieurs étaient recouverts de slogans hostiles à l’Église et aux prêtres, avec des phrases telles que « En attendant de la voir brûler», explique María de los Ángeles Covarrubias, Présidente de l’AED » au Chili.

« Pour l’âme, assister à l’incendie criminel d’une église est quelque chose de destructeur », ajoute María de los Ángeles Covarrubias. « Cela révèle le niveau de fracture de notre société, où de petits groupes se considèrent comme dépositaires de la vérité, avec le droit de détruire et de célébrer la chute des lieux qui représentent la foi d’une communauté. L’irrationalité et la haine que nous avons vues attaquent un droit humain fondamental, à savoir la liberté religieuse.».

« Fête euphorique »

Le curé de l’église, le Père Pedro Narbona, raconte qu’il se sent encore bouleversé par la « fête euphorique qui a eu lieu quand la tour de l’église est tombée ce dimanche 18 octobre, ce qui m’a rappelé quand, en novembre 2019, ils ont décapité la statue de la Vierge qui était sur le fronton de l’église. Il est douloureux pour la communauté de se retrouver sans aucun endroit pour se réunir. Une salle que nous utilisions a été complètement vandalisée. Ici, dans l’église, il y a une histoire vivante qui va au-delà de ses murs. Il s’agit de toute la relation à Dieu de nombreuses personnes qui sont venues prier ici, qui ont fait baptiser leurs enfants, ont célébré leur mariage, ont dit adieu à leurs morts ».

La paroisse résiliente

Malgré le désespoir et tirant sa force de sa faiblesse, la paroisse conserve aujourd’hui l’idée de sauver l’église. Au moins, les murs latéraux sont-ils encore debout, bien qu’il n’y ait pas encore d’études concluantes sur leur état. « Les fidèles ont besoin d’un endroit digne pour rencontrer Dieu, célébrer les sacrements et se rassembler. Il ne s’agit pas seulement d’un bâtiment physique pouvant éventuellement avoir une valeur patrimoniale, mais du gardien de l’histoire d’une communauté », explique María de los Ángeles Covarrubias.

 

Archives