200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Centrafrique : Église attaquée, 16 morts dont un prêtre

Publié le 2 mai 2018

COMMUNIQUÉ DE PRESSE: C’est avec une grande tristesse que l’AED a appris la mort du Père Albert Toungoumalé-Baba, ainsi que 15 paroissiens de Notre-Dame de Fatima à Bangui, en Centrafrique, lors d’une attaque armée hier 1er mai. Le Père Albert, que nous avions rencontré, nous demandait de prier sans cesse pour la paix dans son pays.

Nouveau regain de violence en Centrafrique hier, mardi 1er mai. À Bangui, dans la capitale, un groupe d’hommes armés a attaqué la paroisse Notre-Dame de Fatima, faisant 16 morts, dont le Père Albert Toungoumalé-Baba, et une centaine de blessés. Les affrontements, qui se sont poursuivis dans l’après-midi, se sont soldés par la mort de deux autres Centrafricains ainsi que l’incendie d’une mosquée.

Le cardinal Nzapalainga, archevêque de Bangui, doit rentrer en urgence au pays aujourd’hui pour prendre la parole. La population, qui porte encore les cicatrices des dernières années de conflits, craint de rentrer dans un nouveau cycle de violence.

Dans un communiqué publié ce 1er mai par la Minusca (Mission de stabilisation des Nations Unies en Centrafrique), les membres de G5 (Nations Unies, Union africaine, CEEAC, Union européenne, France et États-Unis) « condamnent sans réserve les attaques contre l’église de Fatima et la mosquée de Lakounga ». et rappellent que « la manipulation de la religion pour servir les intérêts de groupes criminels est inacceptable ». Ils invitent les Centrafricains « à résister aux manipulations qui veulent faire retomber le pays dans le piège de la violence et de la vengeance. »

Le Père Albert dans sa paroisse avec le Cardinal Nzapalainga

Hommage au Père Albert, homme de paix

L’AED tient à rendre hommage au Père Albert Toungoumalé-Baba, curé de la paroisse de Saint Joseph Mukasa, à Bangui. Œuvrant sans relâche pour la paix dans son pays, le Père Albert accueillait des milliers de réfugiés dans sa paroisse. « Notre pays est un pays meurtri, en détresse, depuis décembre 2012. Les armes n’ont pas encore réussi à faire arrêter la guerre, mais elles continuent à se faire entendre. » déclarait-il à l’AED en 2016, dans cette courte vidéo. « Personne n’a réussi à apporter la paix. Mais priez, priez sans cesse pour nous, comme Jésus nous l’a appris. Ne désespérons pas. Puisse ce message être entendu par tous ceux qui aiment la paix. »

Mareil-Marly, le 2 mai 2018

Archives