200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Communiqué de presse : Paris en rouge pour la liberté religieuse – les photos

Publié le 23 novembre 2018

Pour faire mémoire de ceux qui ne peuvent vivre librement leur foi à travers le monde, l’AED a illuminé des monuments parisiens hier soir : le Sacré-Cœur, la grande mosquée, la synagogue de la rue de la Victoire et la cathédrale orthodoxe russe. Retour en images sur cet évènement.

Crédit AED/FR Salefran

A quelques jours du 70ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme – dont l’article 18 garantit la liberté religieuse –, l’AED a illuminé en rouge, couleur du martyre, des monuments dans différentes villes à travers le monde, et notamment à Paris. Un évènement international destiné à faire mémoire de ceux qui ne peuvent vivre librement leur foi.
Pour Marc Fromager, directeur de l’AED : « Le rouge est la couleur du sang. C’est la conséquence, dans trop de pays, de l’absence de liberté religieuse. Nous aimerions que le sang cesse de couler à cause des limitations ou de l’absence de liberté religieuse. Les illuminations du 22 novembre montrent que différentes religions sont capables de se mobiliser, ensemble, pour défendre la liberté religieuse à travers le monde. »
A Paris, les différentes confessions se sont mobilisées. C’est ainsi que la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, la grande mosquée, la synagogue de la rue de la Victoire et la cathédrale orthodoxe russe se sont parées de rouge.
Fondation internationale, l’AED a organisé l’illumination de monuments à travers le monde. Elle a ainsi illuminé la Sagrada Familia de Barcelone et la ville de Venise.
Pour retrouver toutes les photos de cet évènement : cliquer sur ce lien (crédit : AED)
Pour consulter le Rapport 2018 sur la Liberté Religieuse dans le monde :
Fondée en 1947, l’AED a notamment pour mission de défendre la liberté religieuse. Elle publie, tous les deux ans, un Rapport sur la liberté religieuse dans le monde. L’édition 2018, publiée hier, dénonce « une banalisation des atteintes à cette liberté fondamentale, dans une indifférence quasi générale ». Sur les 196 pays étudiés, 38 ont subi d’importantes violations de ce droit fondamental relevant soit de la persécution, soit de la discrimination.

Archives