200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

COMMUNIQUE DE PRESSE – SRI LANKA : Les fidèles de retour à Saint Sébastien, trois mois après les attentats de Pâques

Publié le 22 juillet 2019

Pour la première fois depuis les attentats du dimanche de Pâques au Sri Lanka, les fidèles se sont réunis en l’église Saint Sébastien, à Negombo. Sous le regard bienveillant du Christ, dont la statue porte encore les traces du sang des martyrs.

Hier, dimanche 21 juillet, plus de 1000 fidèles ont assisté à la messe célébrée en l’église Saint Sébastien, dans la banlieue de la capitale ; parmi eux, les survivants de l’attentat du 21 avril et les familles de la centaine de chrétiens qui avaient perdu la vie en ce lieu, trois mois plus tôt, jour pour jour.

Sous le regard bienveillant du Christ, dont la statue porte encore la trace du sang des martyrs, la célébration a été présidée par le cardinal Malcolm Ranjith, archevêque de Colombo, qui a adressé des paroles de réconfort aux victimes et à leurs proches, et dénoncé l’incurie des autorités politiques.

A l’issue de la cérémonie, un mémorial construit pour les victimes a été dévoilé.

Pour retrouver une vidéo de la messe : cliquer ici

Pour retrouver des photos de la cérémonie : cliquer ici

Dimanche 21 avril, des terroristes avaient fait exploser des bombes dans trois églises, pendant la messe, et trois hôtels de luxe, faisant 257 morts et plus de 500 blessés. Les autorités avaient alors instauré l’état d’urgence, les réseaux sociaux étaient coupés. Pour des raisons de sécurité, Les églises n’avaient rouvert que le dimanche 12 mai ; pour les écoles gérées par l’Eglise catholique, il avait fallu attendre le 14 mai.

Pour Pierre Bouhey, président de l’AED, « Lors de la plus importante fête chrétienne, les terroristes ont attaqué des lieux de culte chrétiens, remplis de fidèles, et des hôtels ; ils se sont ainsi directement attaqués au processus de réconciliation, long et délicat, que connait le pays depuis 2009, qui vise à surmonter cet ‘héritage amer d’injustice, d’hostilités et de défiance laissé par le conflit’ entre Tigres tamouls et la majorité cinghalaise, selon les mots du pape François. Avec foi et courage, les chrétiens feront face ; mais cette réaction ne saurait effacer l’inaction des autorités que le cardinal Ranjith dénonce. »

Mareil-Marly, le 22 juillet 2019

 

 

Archives