200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Communiqué: plus de 400 personnes autour de la question du Moyen-Orient

Publié le 9 décembre 2014

Communiqué de presse,

Mareil-Marly, 09 décembre 2014

« Vers un nouveau Moyen Orient, la fin des chrétiens ? » Géopoliticiens, diplomates, religieux et journalistes se sont succédé devant plus de 400 personnes pour réfléchir ensemble lors du colloque organisé par l’Aide à l’Eglise en Détresse ce vendredi 5 décembre à Paris.

Venant d’Egypte, du Liban ou encore d’Irak, chaque expert a apporté son éclairage pour comprendre les différents enjeux qui se jouent aujourd’hui au Moyen-Orient, une région où la place des chrétiens est plus que jamais menacée.

Après l’ouverture du colloque par Marc Fromager, directeur de l’AED, le géopoliticien Frédéric Pichon et le politologue Antoine Sfeir ont apporté une analyse pertinente du siècle passé marqué par le traité de Sykes-Picot, les révolutions arabes et les hivers islamistes. Les délicats enjeux économiques et diplomatiques des grandes puissances sur la zone du Moyen-Orient ont ensuite été débattus par l’adjoint au président du groupe Total, Nicolas Fondraz et le diplomate Didier Destremeau.

L’après-midi a été consacré à l’analyse de la montée djihadiste sur le monde musulman, avec l’éclairage du journaliste Wassim Nasr, spécialiste des mouvements djihadistes, et du jésuite le P. Samir Khalil, égyptien islamologue. Enfin le point phare de la journée s’est déployé autour de la question cruciale des chrétiens aujourd’hui au Moyen-Orient : « entre cercueil et valise, que choisir ? » animé par de riches débats entre l’historien assyro-chaldéen Joseph Alichoran, et le dominicain irakien Rami Simun. Avant de conclure la journée, Christian Chesnot, ex-otage en Irak, a apporté son point de vue de journaliste sur la question du traitement des chrétiens d’Orient dans les médias, un sujet davantage traité depuis quelques années.

Selon Marc Fromager, directeur de l’AED qui a animé la journée : « le moment sans doute le plus crucial et en même temps émouvant a été la discussion sur la question de savoir si finalement, les chrétiens d’Orient devaient rester sur leur terre. Nous faisons tout afin qu’ils puissent rester, tout en comprenant qu’on ne peut en aucune façon les obliger à demeurer dans une région où leur avenir semble particulièrement compromis ».

  • Les Actes du colloque seront prochainement disponibles. A commander auprès de l’AED : contact@aed-france.org.

 

 

Archives