200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

CORONAVIRUS : Vent de solidarité depuis Haïti

Publié le 13 avril 2020

Bien qu’ils appartiennent au pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental, les Haïtiens nous font parvenir des messages touchants de solidarité et d’encouragement, en cette période de pandémie.

« Comme pasteur, je vous envoie ce message afin de vous dire que nous pensons à tous les bienfaiteurs, les bienfaitrices », signe le père Benedik Lazar de la paroisse de Saint Jean-Baptiste de la commune de Jean-Rabel, au nord-ouest de l’île. « Vous pouvez compter sur la prière du clergé et de tous les fidèles de la paroisse (…). Car, notre Dieu est grand ».

Un pays désarmé face aux épidémies

Le père Junior Dalestin, curé de la paroisse Notre Dame des Douleurs à Lombard, demande aussi à l’AED de prier pour eux. « Car nous vivons avec beaucoup de peurs, d’inquiétude. Nous n’avons pas de structure pour faire face à cette pandémie. » Le système de santé ne représente en effet que 4% du budget national. Le pays est d’autre part confronté à des défis considérables dans le secteur de l’eau potable et de l’assainissement ; conditions premières pour éviter la propagation du coronavirus.

Écoles stoppées

Au 1er avril, 16 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en Haïti, dont une guérison. En attendant, comme les écoles, les universités, ou les espaces publics, les églises ont fermé. Le Père Sandley Maximé, curé de la Paroisse Notre Dame du perpétuel secours de Dupity explique que toutes les activités ont d’ailleurs dû être « stoppées ».

La crise de 2019

L’épidémie de coronavirus si elle prenait de l’ampleur déstabiliserait à coup sûr le pays, qui est déjà fragile. Haïti a connu une terrible crise entre septembre et décembre 2019. Pour cette raison, le pays s’est complètement arrêté, jusqu’à la fermeture du séminaire national. Une expérience dramatique. Qui plus est, Haïti est en proie à une forte corruption et doit composer avec une économie exsangue avec plus de 54 % de la population qui vit en dessous du seuil de pauvreté de 2,41 $ par jour, selon les données de la Banque mondiale. Mgr Jean Désinord, évêque de Hinche en Haïti, confiait en octobre dernier que 80% des gens étaient au chômage.

 

Archives