200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

CUBA : Ils chantent l’Évangile au pays de Castro

Publié le 26 août 2019

Le groupe Acrisolada réunit de jeunes musiciens cubains chrétiens qui colorent leurs chants de louange des sonorités tropicales de leur archipel.

Acrisolada signifie littéralement « passé par le creuset », une expression issue du livre des Proverbes (17,3), et qui désigne l’épreuve purificatrice des croyants. Elle est particulièrement adaptée à ces jeunes chrétiens qui maintiennent leur foi vive dans le contexte cubain. Leur « creuset », c’est un régime politique né d’une révolution d’inspiration marxiste en 1959, ouvertement hostile au christianisme.

Casquette retournée sur son crâne rasé, Dariel Cordero Gradaille, 29 ans, est le directeur musical du groupe. « J’ai toujours voulu chanter pour Jésus, réunir des jeunes autour de la musique sacrée, explique-t-il, Acrisolada est la réalisation d’un rêve d’enfant ! » Il a reçu sa foi et son oreille musicale de sa mère, qui chante tous les dimanches dans sa paroisse de la petite ville de Cespedes. C’est là que Dariel a fait ses premières gammes, jouant du piano durant les célébrations eucharistiques. Il n’a jamais décroché et se réjouit du chemin parcouru : « Nous sommes des missionnaires par la musique ; ce que nous proclamons à travers nos chants, c’est l’Évangile, ce message d’espérance et d’amour que Jésus nous a donné ; cette parole vivante de Jésus, c’est ce qui résonne dans notre musique. » Dariel s’est marié il y a deux ans avec Rosabely Ibarra, l’une des chanteuses du groupe ; ils ont eu leur premier enfant, Lucas, il y a neuf mois.

Ils ont bien conscience de représenter une minorité au sein de la société cubaine. Les Cubains ont bien des traces de piété populaire, mais la majorité d’entre eux ont perdu le contact avec le christianisme de leurs ancêtres. Le gouvernement, par exemple, organise des fêtes publiques le Vendredi Saint, ou à d’autres dates significatives, et les Cubains y participent le plus souvent par pure ignorance. De la même manière, l’enseignement dans les écoles participe à l’endoctrinement de la jeunesse. Par conséquent, seuls les jeunes qui grandissent dans des familles chrétiennes fidèles à l’Eglise peuvent se maintenir fermes dans la foi. Les membres d’Acrisolada ont le sentiment de posséder un bien rare et précieux, qui a passé toutes les épreuves de 60 ans de communisme. Un bien qu’ils souhaitent transmettre, comme l’explique Dariel : « Nous autres, nous voulons être comme un langage actuel de ces enseignements reçus de génération en génération pour qu’il puisse atterrir dans le cœur des jeunes d’aujourd’hui. »

« Dieu ne change pas les systèmes il change les cœurs »

Outre la question de la transmission de l’Évangile, les jeunes musiciens d’Acrisolada sont confrontés à l’émigration massive des forces vives du pays. Le frère aîné de Dariel et la moitié de sa famille ont quitté le pays. C’est une réalité que les membres du groupe déplorent, mais qu’ils comprennent : « On ne peut pas critiquer ceux qui partent. Depuis plus de 60 ans le régime politique a détruit notre société à de nombreux niveaux. » Quant aux membres du groupe, qui ont choisi de rester sur place, ils ne cherchent pas à renverser l’ordre politique mais à agir sur les âmes, comme l’explique Dariel : « Dieu ne change pas les systèmes, il change les cœurs, et nous voulons être instruments de l’amour de Dieu pour toutes les familles qui sont sans consolation. »

Lui-même choisit de rester sur l’île : « Je crois que Dieu me propose quelque chose de plus grand que ce que je pourrais obtenir dans un autre pays, alors même que cela pourrait m’offrir une situation économique plus favorable. » Il voit dans les succès de son groupe un signe qu’il fait le bon choix et confie l’un des beaux moments vécus avec le groupe : « Nous avons eu la grande grâce de pouvoir jouer durant le Festival des Jeunes dans le cadre des JMJ de Panama ; je crois que cela a été le moment le plus impressionnant que j’aie vécu comme musicien catholique : permettre à tant de jeunes de danser et de louer Dieu… Cela m’a donné la certitude que nous sommes sur le bon chemin. »

 Le Groupe Acrisolada, accompagné par le père Alban Marie, missionnaire à Cuba, est soutenu par l’Aide à l’Église en Détresse. L’association propose dans sa boutique ses CD à la vente. Le premier album du groupe Acrisolada, « Xto Cuba te canta », « Seigneur, Cuba chante pour Toi » est un témoignage du chemin de conversion de jeunes Cubains.

 

Archives