200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Égypte: Inauguration d’une église dédiée aux 21 martyrs coptes

Publié le 14 février 2018

Demain, 15 février 2018, une église en l’honneur des 21 chrétiens exécutés en Libye en janvier 2015 par Daech sera inaugurée en Moyenne-Égypte, dans la province de Minya. (source: Fides)

L’église dédiée aux 21 martyrs coptes « de la foi et de la Patrie » décapités en Libye en 2015 par les djihadistes affiliés au prétendu « État islamique » sera officiellement inaugurée le 15 février prochain, jour fixé pour leur mémoire liturgique. Le lieu de culte, construit à al Our, le village proche de la ville de Samalut, en province de Minya, d’où provenaient 13 des 21 martyrs, a été achevée ces mois derniers et les cérémonies du 15 février marqueront son inauguration solennelle.

Aux célébrations liturgiques et commémoratives prendront part de nombreux parents des martyrs coptes. Il n’a cependant pas été confirmé que leurs dépouilles puissent être transférées en ces jours-là dans la nouvelle église, alors qu’elles ont été identifiées dans une fosse commune sur la côte libyenne, dans les environs de Syrte en septembre dernier.

Mémoire liturgique au 15 février

Les 21 coptes égyptiens avaient été enlevés en Libye en janvier 2015. La vidéo de leur décapitation fut mise en ligne sur les sites djihadistes le 15 février. Une semaine après le barbare massacre, le Patriarche copte orthodoxe, Tawadros II, décida d’inscrire les 21 martyrs égorgés par le prétendu « État islamique »au Synaxarium, le livre des martyrs de l’Église copte orthodoxe, fixant leur mémoire liturgique au 15 février. « La vidéo qui montre leur exécution – indiqua après le massacre à Fides S.Exc. Mgr Antonios Aziz Mina, Évêque émérite de Gizeh – a été construite comme une mise en scène cinématographique terrifiante, dans le but de répandre la terreur. Et pourtant, dans ce produit diabolique de la fiction et de l’horreur sanguinaire, on voit que certains des martyrs, au moment de leur mise à mort barbare, répètent « Seigneur Jésus Christ ». Le nom de Jésus a été le dernier mot qui est venu sur leurs lèvres. Comme dans la passion des premiers martyrs, ils s’en sont remis à Celui qui, peu après, les aurait accueillis. Ils ont ainsi célébré leur victoire, une victoire qu’aucun bourreau ne pourra leur enlever. Ce nom murmuré au dernier instant a été comme le sceau de leur martyre ».

(Source: FIDES)

Archives