200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

ÉTHIOPIE : « Le fondamentalisme remplace l’islam soufi »

Publié le 5 décembre 2019

Suite aux violentes manifestations qui ont secoué le pays le mois dernier faisant 67 morts, l’AED fait le point avec le Père Petros Berga, prêtre du diocèse d’Addis-Abeba.

 

AED : Quelle est la situation à Addis Abeba et dans votre pays ? Est-ce que les manifestations continuent ?

Père Petros Berga : Bien sûr, il existe des problèmes ethniques dans certaines régions. Mais le grave danger est une menace du Moyen-Orient. Jawar Mohammed, un activiste ethno-religieux, qui détient des financements illicites du Moyen-Orient, principalement d’Égypte, est devenu une sérieuse menace pour les chrétiens d’Éthiopie. Il a une télévision par satellite et un réseau de médias sociaux avec un grand nombre d’abonnés. Les jeunes reçoivent des téléphones portables donnés par les pays du Golfe, etc.

Quelles étaient les revendications des manifestants ?

Il y a un problème d’application de la loi. Des politiciens radicaux et des activistes auto-proclamés appellent à la violence. Le gouvernement ne prend aucune mesure, pas même quand des personnes sont attaquées, déplacées, volées, menacées et agressées. La violence est actuellement dirigée contre les chrétiens, principalement l’église orthodoxe. Jawar Mohammed (ce militant autoproclamé) et Dawed Ibsa (chef du Front de libération d’Oromo), tous deux musulmans oromo, utilisent l’ethnicité pour mobiliser facilement les jeunes. La forme traditionnelle de l’islam soufi, caractérisée par la tolérance et le syncrétisme avec la culture ethnique autochtone, est en train d’être remplacée par des militants fondamentalistes.

Etes-vous confiant pour l’avenir ?

Les Éthiopiens ont vécu côte à côte pendant des siècles, nous sommes confiants. Ce sont avant tout des

Ethiopia, October – November 2017
Addis Abeba

personnes très religieuses et les prières des fidèles seront exaucées. Dieu protégera l’Ethiopie du danger de la désintégration.

Quel est le rôle de l’Eglise ?

L’Église catholique joue un rôle important dans la promotion de la coexistence pacifique. Son Éminence l’archevêque d’Addis Abeba Berhaneyesus Souraphiel a été nommé par le Premier ministre, à la tête de la Commission nationale pour la paix et la réconciliation. En tant que minorité, l’Église, en étant au service de la société sans distinction de race ou de religion, est la mieux placée pour jouer un rôle dans le travail de médiation.

Archives