200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

INDE : Après le triomphe de Modi, les minorités sous le choc

Publié le 29 mai 2019

Les résultats des élections législatives en Inde ont été rendus publics le 23 mai, après plus de six semaines de scrutin (du 11 avril au 19 mai). Ils confirment la position dominante du parti nationaliste au pouvoir, le BJP (Bharatiya Janata Party) du Premier ministre Narendra Modi. Selon une source proche de l’Église, la victoire du BJP « suscite la frustration et la peur des minorités en Inde ».

« Ces cinq années avec Modi au pouvoir [2014-2019] ont suscité de nombreuses inquiétudes et ont été très difficiles pour nous. Nous craignons que les cinq prochaines années ne soient pires », souligne la source qui souhaite rester anonyme pour des raisons de sécurité.

« Le fait que le parti nationaliste hindou BJP ait remporté une telle victoire nous inquiète [près de 45% des scrutins, soit 303 sièges sur 543 à la Chambre basse du Parlement]. Tout d’abord, parce que le nationalisme hindou se développe et les minorités, tant chrétienne que musulmane, sont souvent abandonnées à l’injustice sociale et sont ouvertement discriminées pour des motifs religieux. Mais aussi parce que l’économie est en baisse depuis quelques années et que les pauvres sont maintenant plus pauvres qu’auparavant. Les classes modestes sont négligées et les riches sont les seuls gagnants. » Selon la Banque mondiale, le pays comptait en 2015 plus de 170 millions de pauvres en 2015, le seuil international de pauvreté étant fixé à 1,90 dollar par personne et par jour.

Pour autant, « le nationalisme hindou ne veut pas de changements dans la structure sociale et de nombreux Indiens vivent dans un état de semi-esclavage. Les gens des classes inférieures sont utilisés et exploités. » Parmi les rares institutions qui tentent de changer cela, il y a l’Église et « c’est l’une des raisons pour lesquelles nous faisons l’objet de discrimination et d’oppression ».

« Le monde doit savoir que nous avons peur. »

Et il ajoute que beaucoup de gens sont sous le choc en Inde : « Nous ne pouvons pas croire ce qui est arrivé. Même dans les États et circonscriptions où les sondages donnaient des prévisions moins favorables à Modi, finalement, son parti a remporté beaucoup plus de sièges que prévu ». Le BJP a même remporté le scrutin dans la circonscription d’Amethi, en Uttar Pradesh (Etat du nord du pays), l’un des bastions traditionnels des Nehru-Gandhi.

En plus des informations de certains médias qui parlent de manipulation du système de vote électronique, il existe également des accusations portant sur l’achat de voix. Ainsi notre source témoigne : « J’ai vu comment des centaines de pauvres journaliers avaient été rassemblés quelques jours avant les élections et avaient reçu 3 000 roupies du Parti nationaliste. »

Demandant des prières pour son pays, il conclut : « Il est très dangereux de parler contre le gouvernement. Presque personne n’ose aujourd’hui, c’est devenu un parti autoritaire. Mais je veux que vous sachiez comment nous allons. Le monde doit savoir que la situation est mauvaise et que nous avons peur. Nous avons déjà eu cinq ans de peur et nous nous demandons à quoi ressemblera l’avenir. »

 

Archives