200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

INDONESIE : Montée de l’intolérance religieuse

Publié le 4 septembre 2018

Un rapport de l’Institut Setara pour la Paix et la Démocratie fait état d’une augmentation du nombre d’atteintes à la liberté religieuse en Indonésie. Un constat préoccupant dans le premier pays à majorité musulmane au monde.

109 atteintes à la liberté religieuse et 13 actions violentes ont été enregistrées depuis le début de l’année par l’Institut Setara pour la Paix et la Démocratie. Dans un rapport publié le 20 août dernier, cette ONG qui milite pour les droits de l’homme et la liberté religieuse en Indonésie s’inquiète de la montée de l’intolérance religieuse dans ce pays.

Un équilibre religieux menacé ?

Avec 260 millions de fidèles musulmans, ce qui représente 80% de sa population, l’Indonésie est le premier pays à majorité musulmane au monde, sans pour autant être un Etat musulman. Sa Constitution garantit la liberté religieuse et l’équilibre religieux repose sur le « Pancasila », qui correspond aux cinq principes sur lesquels le pays s’est construit : la croyance en une divinité unique, une humanité civilisée et juste, l’unité nationale, la démocratie et la justice sociale.

Pour autant, six religions font l’objet d’une reconnaissance officielle par le Ministère des Affaires religieuses (1) et le « blasphème » y est puni de cinq ans d’emprisonnement. Une Indonésienne bouddhiste d’origine chinoise a ainsi été condamnée à 18 mois de prison pour « blasphème » sur le fondement des articles 156 et 156A du Code pénal (2). L’Institut Setara a réagi fermement, dénonçant que « l’intolérance n’est pas seulement en augmentation parmi le grand public, mais aussi parmi les représentants de la loi et au sein des autorités. »

L’influence croissante des organisations islamistes

C’est également pour « blasphème » qu’avait été condamné à deux ans de prison ferme, le 9 mai 2017, Nasuki Tjahaja Purnama, dit ‘Ahok’, 50 ans, premier chrétien et premier chinois gouverneur de la capitale du pays. Une condamnation qui témoignait de la montée d’un « populisme islamique » dans le pays, selon P. Franz Magnis-Suseno, un jésuite d’origine allemande arrivé en Indonésie en 1961 et fin connaisseur de ce pays.

Dans cet archipel où les chrétiens représentent 10% de la population, des organisations islamistes radicales exercent une influence croissante avec pour ambition de créer un Etat islamique en Indonésie. Dimanche 13 mai, des attentats ont frappé trois églises à Surabaya, deuxième plus grande ville du pays. Revendiqués par l’Etat islamique, ils ont fait 14 morts et des dizaines de blessés.

En Indonésie, les prochaines élections présidentielles auront lieu le 17 avril 2019.

 

(1) Il s’agit de l’islam, du catholicisme, du protestantisme, du bouddhisme, de l’hindouisme et du confucianisme.

(2) L’intéressée s’était plainte du bruit causé par le haut-parleur d’une mosquée.

 

Archives