200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Irak : L’avenir des chrétiens menacé par le referendum ?

Publié le 10 octobre 2017

Suite au référendum qui pourrait aboutir à la séparation de la zone du Gouvernement Régional du Kurdistan (GRK), du Nord de l’Iraq, cinq évêques catholiques et orthodoxes ont publié une déclaration appelant la communauté internationale à protéger les chrétiens et à les aider à rester sur leurs terres ancestrales, en particulier la plaine de Ninive.

Compte tenu de la présence de nombreux villages chrétiens dans des territoires contestés, la déclaration des évêques* prévient : « notre communauté vulnérable n’est pas en mesure de résister à une division et un schisme supplémentaires, en plus des combats politiques et religieux en cours ». Les évêques demandent notamment que la plaine de Ninive ne soit pas divisée entre l’Irak et un Kurdistan indépendant : « La future plaine de Ninive doit rester un territoire unifié – il est essentiel de ne pas la diviser en plusieurs parties ».

Par ailleurs, les évêques ont exprimé leur crainte que la reconstruction de la Plaine de Ninive soit interrompue du fait de l’incertitude de l’avenir politique de la  région et déplorent le manque d’investissement des politiques : « Il n’y a aucune tentative sérieuse de reconstruction de la région de la part des gouvernements. Cela rend difficile le retour des personnes déplacées, prolongeant ainsi leur sort difficile ».

Appel au dialogue

De manière directe, les évêques appellent au dialogue entre le gouvernement fédéral irakien et le GRK : « Alors que le pays traverse aujourd’hui une crise à la suite du référendum de la région du Kurdistan, nous demandons à toutes les parties impliquées d’opter pour le dialogue et la modération et de stopper l’escalade du conflit par médias interposés ».

Mgr Warda, archevêque catholique chaldéen d’Erbil

Les évêques espèrent que les deux parties pourront travailler sur les questions litigieuses « afin de parvenir à une solution appropriée, plutôt que de répandre des sentiments de haine qui alimentent les conflits ».

Craignant que les chrétiens ne soient embarqués dans une lutte armée entre factions luttant pour le pouvoir, les évêques ont ajouté : « Nous demandons que l’utilisation des armes soit limitée aux forces officielles de sécurité du gouvernement, que nous encourageons nos jeunes à rejoindre ».

Les évêques ont également rendu hommage au peuple kurde qui avait aidé la communauté chrétienne alors qu’elle avait été chassée de ses foyers: « Il est indubitable que nous, chrétiens, ne pourrons jamais oublier comment nos frères de la région du Kurdistan, tant la population que le gouvernement, nous ont reçus et ont soutenu nos personnes déplacées, non seulement les chrétiens mais aussi d’autres membres du peuple irakien ».

*la déclaration a été rédigé par Mgr Bashar Warda, archevêque catholique chaldéen d’Erbil, Mgr Nicodemus Sharif, archevêque syriaque orthodoxe de Mossoul, Mgr Apris Jounsen et Mgr Rabban Al-Qas, évêques chaldéens d’Amadiya et Zaku et Mgr Timotheos Mousa, archevêque syriaque orthodoxe de l’archidiocèse du monastère Mor Mattay.

Archives