200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

IRAK : Mgr Jean Benjamin Sleiman, à Bagdad depuis 2001

Publié le 20 août 2019

Archevêque de Bagdad depuis 2001, Mgr Jean-Benjamin Sleiman est venu témoigner lors de la Nuit des Témoins, en France, en 2015, de la tragédie des chrétiens d’Irak, qui ont tout quitté pour sauver leur foi. Il nous donne aujourd’hui de ses nouvelles.

Que devenez-vous ?
Je suis toujours dans les mains du Seigneur.
Quelle est la situation dans votre diocèse, votre pays ? Comment a-t-elle évolué ? 
La situation générale du pays est bien paradoxale. Il y a eu des réalisations, notamment au niveau de la sécurité. Mais comme le pays est greffé malgré lui aux questions et conflits du Moyen-Orient, il est encore dans un tunnel. Crise économique, corruption, État central qui ne peut pas gérer tout le pays, … Les migrations chrétiennes continuent de plus belle. Nos Églises en subissent les conséquences. Mais le petit reste résiste. Ainsi une école des Carmes a rouvert ses portes après une quarantaine d’années de nationalisation. Les religieux et religieuses du Nord, éparpillées par Daesh, repartent avec vigueur, portent des œuvres d’éducation restaurées et actives, une pastorale vivante.
Quels sont vos projets ? 
Mon projet principal est la construction d’une église paroissiale dans le Kurdistan où les migrants catholiques reviennent et son nombreux.
Quel souvenir gardez-vous de la Nuit des Témoins
Une expérience bien riche de transmission du message chrétien ; une lumière dans la Nuit de notre Temps !
Que souhaitez-vous dire aux bienfaiteurs de l’AED ?
C’est un signe dans un monde que les finances dominent, déstructurent et restructurent selon leurs plans.

 

Pour retrouver le témoignage de Mgr Jean-Benjamin Sleiman : cliquer ici

 

Archives