200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

La Table de Saint Jean le Miséricordieux : une soupe populaire pour les réfugiés syriens

Les marins de La Route du Liban parcourent la Méditerranée, d’une rive à l’autre, au profit des chrétiens d’Orient, et en particulier des réfugiés syriens et des familles libanaises particulièrement vulnérables, qui bénéficient de « La Table de Saint Jean le Miséricordieux » à Zahlé, au Liban.

Les réfugiés syriens sont nombreux à avoir trouvé refuge à Zahlé car la plaine de la Bekaa, qui jouxte directement la frontière syrienne, a souvent été la première escale de leur exode.

ORIGINES DU PROJET

Depuis décembre 2015, l’AED soutient le programme alimentaire « La Table de Saint Jean le Miséricordieux » organisé à Zahlé. Dans cette ville à 55 km de Beyrouth qui compte la plus forte proportion de chrétiens de tout le Proche-Orient, l’archidiocèse gréco-catholique a pris l’initiative d’organiser une soupe populaire, en faveur des réfugiés syriens et des familles libanaises particulièrement vulnérables.

« Sans ce projet, les gens qui mangent ici seraient affamés », confie Sana Samia, employée de l’archidiocèse melkite gréco-catholique de Zahlé. « La Table de Saint Jean le Miséricordieux est devenu un refuge et un soutien pour tous ceux qui vivent à Zahlé ou dans les villages environnants qui ne peuvent se permettre de s’offrir un repas par jour »,  développé Mgr Issam John Darwish, archevêque des lieux.

Dans un pays aussi minuscule que le Liban, la crise des réfugiés – qui constitue peut-être la plus dramatique au monde –, constitue un défi majeur. La situation tendue, entre réfugiés et Libanais, exige des efforts inlassables de créativité pour promouvoir la coexistence et l’intégration. Dans ce domaine, l’Église catholique est pionnière.

OBJECTIFS DU PROJET

Ainsi, « La Table de Saint Jean le Miséricordieux » poursuit un triple objectif :

– Faire en sorte que personne ne meure ne faim et fournir une alimentation saine et nourrissante ;

– Proposer un lieu de vie communautaire et d’échanges pour des personnes dans des situations similaires

– Et offrir une prise en charge spirituelle, assurée par un diacre.

Un diététicien de l’hôpital local (Tel Chihah, administré par l’archidiocèse) veille à ce que 33% de l’apport calorique quotidien soit consommé à chaque repas. Il propose chaque mois un ensemble de menus différents composé d’une soupe ou d’une salade, d’un plat chaud et d’un dessert. En outre, trois membres de l’Eglise gréco-catholique assistent le diacre responsable pour effectuer le suivi du projet au quotidien.

En plus de répondre aux besoins actuels les plus pressants des réfugiés syriens au Liban, et de tenter de maintenir l’unité d’une société traumatisée et accablée, ce projet poursuit un motif encore plus profond : la survie du christianisme au Proche-Orient.

BÉNÉFICIAIRES DU PROJET

Chaque jour, 1000 repas chauds sont distribués  dans un restaurant de 160 m2, mis à disposition par l’archevêché gréco-catholique. Un service mobile a été mis en place afin de venir en aide aux personnes handicapées ; cinquante personnes sont ainsi approvisionnées à domicile par des bénévoles.

Bénéficient ainsi de cette soupe populaire :

– Les réfugiés syriens chrétiens, aidés par l’archidiocèse ;

– Les familles libanaises vulnérables, qui disposent d’un revenu extrêmement faible ou d’aucun revenu ;

– Les enfants de différentes institutions sociales ;

– Les personnes âgées sans soutien famillial

– Et les enfants des rues.

Voir quelques images vidéos du projet (en allemand)

BUDGET DU PROJET

Très engagé depuis le début de la crise des réfugiés, l’archidiocèse melkite gréco-catholique de Zahlé prend en charge une partie des coûts mais, face à l’ampleur du projet, a sollicité le soutien de l’AED.

Les distributions portent actuellement sur 1150 repas x 24 jours/mois x 3$ par repas, soit 72 000$ par mois, auxquels s’ajoutent la prise en charge du personnel (cuisiniers, assistants, et diacre, à hauteur de 2250$ par mois). En 2019, le coût global de ce projet est donc de 1 057 600$ ; l’AED a accepté de financer ce projet à hauteur de 880 000 €.

 

Mentions légales | Crédits | Vie privée | Informations Cookies