200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Moyen-Orient : Le « retour » des chrétiens déplacés, une priorité pour le pape François

Publié le 15 septembre 2018

Le pape François a appelé la communauté internationale à se mobiliser pour assurer un « retour sécurisé des personnes déplacées dans leurs foyers », en Irak et en Syrie.

Afin d’éviter que la présence chrétienne au Moyen-Orient ne soit effacée, le « retour sécurisé » des chrétiens en Irak et en Syrie constitue une priorité pour la communauté internationale, a affirmé le pape François, vendredi 14 septembre, au cours d’un colloque portant sur la crise en Irak et en Syrie.

« Un devoir de civilisation »

Le Souverain Pontife a également dénoncé « le risque que la présence chrétienne soit effacée précisément de la terre d’où s’est répandue dans le monde la lumière de l’Evangile ».

Organisé à l’Université pontificale urbanienne, à Rome, par le Dicastère pour le service du développement humain intégral, en collaboration avec la Secrétairerie d’Etat et la Congrégation pour les Eglises orientales, ce colloque avait pour objectif d’identifier les besoins des populations touchées par la crise humanitaire en Irak et en Syrie et de coordonner les réponses apportées par 84 institutions catholiques.

Selon les Nations Unies, 13 millions de personnes ont besoin d′aide en Syrie et 9 millions en Irak. « Leur assurer une protection et un avenir est un devoir de civilisation » a notamment assuré le Souverain Pontife.

Depuis 2014, plus d’un milliard de dollars pour l’aide d’urgence

« C’est en essuyant les larmes des enfants qui n’ont pas vu autre chose que des décombres, la mort et la destruction, que le monde retrouvera sa dignité », a affirmé le pape François, en reprenant les propos qu’il avait tenus à Bari en juillet dernier devant les responsables des Eglises orthodoxes présentes au Moyen-Orient.

Depuis 2014, l’Eglise a mobilisé plus d’un milliard de dollars pour fournir une aide d’urgence en Irak, en Syrie, et dans les pays voisins.

 

Crédit : Jaco Klamer / AED

Archives