200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

MOZAMBIQUE : Les djihadistes tentent de prendre le contrôle

Publié le 6 juillet 2020

Des insurgés lourdement armés, qui appartiendraient au groupe Al Sunnah wa Jama’ah (ASWJ), ont de nouveau attaqué la ville portuaire de Mocímboa da Praia, dans le nord du Mozambique, les 27 et 28 juin, provoquant la panique et la fuite de la population. Les assaillants tentent manifestement de prendre le contrôle de la province de Cabo Delgado, au nord du Mozambique.

« L’attaque a commencé samedi 27 juin, vers 5h du matin » se souvient Sœur Graça António Guitate, religieuse des Filles du Cœur Immaculé de Marie, basée à Pemba, la capitale de la province de Cabo Delgado. Les combats entre les terroristes, qui prétendent être affiliés à l’État islamique, et l’armée ont duré « jusqu’à midi », faisant de nombreuses victimes.

Les gisements de gaz dans le collimateur

Mocímboa da Praia, est située à environ 100 km au sud d’Afungi, où des installations sont en cours de construction pour s’occuper les énormes réserves de gaz offshore du Mozambique. Selon le journal en ligne sud-africain Daily Maverick, cette dernière attaque est la quatrième que la population subit et elle aura sûrement perturbé, encore plus, les sociétés énergétiques étrangères qui exploitent les gisements de gaz.

Sœur Graça décrit dans des messages envoyés à l’AED un « environnement de chaos humanitaire » dans la région de Pemba : « Il y a beaucoup de gens qui fuient. Le diocèse aide par le biais de Caritas pour la nourriture et nous voyons si nous pouvons également fournir un soutien moral, car il s‘agit d‘une population qui a non seulement besoin de manger mais aussi d’un accompagnement spirituel. Ce sont des gens qui ont vu leurs parents, leurs frères se faire décapiter … »

Ils veulent s’emparer de la province

« Au début – a déclaré la religieuse, se référant aux premières attaques – il semblait que l’intérêt [des groupes armés] se trouvait uniquement dans la partie nord de la province, mais à ce jour il est clair qu’ils veulent s’emparer de l’ensemble de la province parce qu’ils s’étendent déjà au sud de Cabo Delgado. ». Sœur Joaquina raconte que lorsque les djihadistes « rencontrent des gens, ils leur disent : ‘si vous voulez vous échapper, courez autant que vous le pouvez dans la province de Nampula ou dans une autre province’. Ils ont décidé de conquérir Cabo Delgado entièrement », conclut-elle.

1100 morts, 200 000 déplacés

Mgr Luis Fernando Lisboa, évêque du diocèse de Pemba, estime que « plus de 1 100 personnes ont été assassinées, des centaines sont portées disparues et plus de 200 000 ont dû quitter leur domicile pour se réfugier». Selon Mgr Lisboa, « des dizaines de villages sont complètement abandonnés ». Il apprécie l’esprit de solidarité de ceux qui ont accueilli les déplacés, car il y a « des familles qui ont accueilli jusqu’à 20 ou 30 personnes, avec qui elles partagent le peu de nourriture qu’elles ont entreposé » qui sont « une claire manifestation de la grandeur de cœur des hommes ».

 

 

Archives