200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

NIGERIA : Boko Haram frappe

Publié le 12 juin 2020

Lors d’un raid accompagné de pillages sur le village de Faduma Koloram, près du lac Tchad, des militants du groupe terroriste ont tué 62 personnes, chrétiens et musulmans mêlés, ce mardi 9 juin. C’est la deuxième attaque d’envergure menée par ces militants en deux semaines.

« Ils sont venus avec des camions, des quatre-quatre et des motos mardi après-midi, ont ordonné aux villageois de sortir de leurs maisons et les ont tué » détaille Ali Saleh, personnel de sécurité à Maiduguri, la capitale de la province à l’agence Anadolu.

Opération de représailles

Il s’agirait d’une opération de représailles contre les habitants du village, qui seraient considérés comme favorables aux forces de sécurité nigérianes. Une source de l’AED au Nigeria précise que le nombre de victimes est de 62 et que les assaillants ont emporté un millier de têtes de bétails à la suite de leur raid. Les victimes étaient aussi bien chrétiennes que musulmanes, précise-t-elle : « Depuis quelques temps, Boko Haram ne fait plus la moindre sélection parmi ses victimes. Elle tue aussi bien les chrétiens que les musulmans ». En fait, il semblerait même qu’au Nord-Est du pays, les musulmans soient la cible favorite du groupe islamiste. Dans cette région, comme dans d’autres pays africains de la région du Sahel, une coexistence existait entre les religions musulmane, chrétienne et animiste, qui est violemment remise en cause par les groupes extrémistes comme Boko Haram ou Aqmi.

30 000 morts, 3 millions de déplacés

Depuis l’avènement de Boko Haram en 2009, le groupe islamique est tenu pour responsable de la mort de plus 30 000 personnes et de l’exil de près de 3 millions. Il milite pour la mise en place de la Charia dans des régions du Nigeria, du Cameroun, du Tchad et du Niger.

Archives