200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

NIGERIA : « Notre terre est maintenant une mare de sang »

Publié le 6 octobre 2020

Mgr Kukah, évêque de Sokoto. Crédit J. Nicholls/AED.

Dans un message du 1er octobre marquant le 60e anniversaire de l’indépendance du Nigeria de la domination britannique, Mgr Matthew Kukah, évêque de Sokoto, a sévèrement critiqué le président du pays Mohammadu Buhari, lui reprochant de ne pas avoir réussi à contenir la violence actuelle, qui vise principalement les chrétiens.

« Où sont les filles de Chibok ? Où est Leah Sharibu ? Qui sont les meurtriers commandités qui ont envahi nos terres ? Notre terre est maintenant une mare de sang. M. le Président, veuillez remettre le compteur à zéro avant qu’il ne soit trop tard. Je prie pour vous que Dieu touche votre cœur afin que vous embrassiez les idéaux de ceux qui vous ont précédé. Ce n’est pas le Nigeria dont ils rêvaient », a déclaré l’évêque dans la déclaration envoyée à l’AED.

Leah Sharibu, kidnappée par Boko Haram en 2018

Dans ce contexte de conflit ethnico-religieux et d’assassinats de fermiers chrétiens par des bergers peuls en grande partie musulmans, le prélat a ajouté qu’en violation de la Constitution, « le népotisme est devenu la nouvelle idéologie de ce gouvernement. En suivant cette idéologie, on estime que le président a cédé 85% des postes clés aux musulmans du Nord et a fait en sorte que des hommes de sa religion tiennent les rênes du pouvoir dans les domaines les plus critiques de notre vie nationale : l’Assemblée nationale et les agences de sécurité ! »

Mgr Kukah a déclaré que « le président a été très diligent et s’est concentré sur la poursuite d’un programme qui est clairement étranger aux aspirations et aux espoirs de notre peuple au-delà des frontières religieuses ». Le Nigeria n’était pas comme ça avant son arrivée. Combien de temps ce mensonge va-t-il encore durer ? Nous vivons dans un mensonge et nous le savons ». « Au Nigeria, la gouvernance est une entreprise criminelle, pas un appel au service », a dénoncé l’évêque.

 

Archives