200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Pakistan : Sept années perdues

Publié le 19 octobre 2020

Après plus de sept ans passés en prison, Sawan Masih, 38 ans, a été acquitté d’une accusation de blasphème par la Haute Cour de Lahore.

Sawan Masih, travailleur de la santé de 38 ans, est resté derrière les barreaux pendant la plus grande partie de l’enfance de ses fils et de sa fille Noor, 16 ans, Sami, 14 ans, et Rebecca, 12 ans. Condamné à mort pour « blasphème », un crime dont il vient d’être reconnu innocent.

Masih, un chrétien de Lahore, s’était retrouvé à l’origine d’une émeute. Son crime présumé d’insulte au prophète musulman Mohammed avait amené une foule de plus de 3000 personnes furieuses à descendre sur le quartier de bidonville Joseph Colony le 8 mars 2013 et à incendier 150 maisons, 75 commerces et deux églises. Accusé d’avoir violé l’article 295C du code pénal pakistanais – qui punit le blasphème contre le prophète de l’Islam – il avait plaidé son innocence tout au long de l’affaire, mais avait néanmoins été déclaré coupable par la Haute Cour de Lahore le 27 mars 2014 et condamné à mort.

Pas de punition pour les émeutiers

En réponse à l’acquittement de M. Masih, Cecil Shane Chaudhry, directeur exécutif de la Commission nationale pour la justice et la paix (NCJP), a déclaré à l’AED : « Bien que nous apprécions le jugement [de la cour] … selon lequel Sawan n’a pas commis de blasphème, personne n’a été tenu responsable d’avoir détruit sept précieuses années de sa vie, loin de sa famille. »

M. Chaudhry note par ailleurs qu’à ce jour « Les émeutiers de Joseph Colony ont été acquittés. Finalement personne n’a été tenu responsable ni des émeutes, ni d’avoir fait subir à Sawan ces sept années de misère. »

Archives