200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Philippines : Le père Soganob a été libéré

Publié le 19 septembre 2017

Le père Teresito Soganob (dit « Chito ») est apparu souriant lors de la conférence de presse organisée par les Forces armées des Philippines (FAP) le 17 septembre. Durant une brève déclaration, le père Suganob a demandé de prier son prompt rétablissement suite à l’expérience traumatisante qu’il a subie durant 117 jours en tant qu’otage.

Le sauvetage du père Soganob a eu lieu le samedi 16 septembre à 23h45, alors que les militaires cherchaient à évacuer la mosquée islamiste Bato, l’une des trois mosquées considérées comme bastion des terroristes. La mosquée a été reprise avec succès par les soldats. Après sa libération, le père Soganub a confirmé l’importance de la mission de la prélature de Marawi, qui pousse la communauté musulmane au dialogue interreligieux : « Pour ce qui est des musulmans de Marawi et Lanao del Sur, je continue de croire que nous pouvons encore être unis en tant que musulmans et chrétiens. Nous ne sommes pas ennemis, nous croyons en un seul Dieu », a-t-il déclaré.

Le prêtre a également remercié les FAP pour son sauvetage réussi. Le 16 septembre, Mgr Elenito Galido, évêque d’Iligan, un diocèse situé à 37 kilomètres de Marawi, a également remercié les soldats qui ont porté secours au Père Soganub. « C’est vraiment une bonne nouvelle. Je remercie les soldats qui ont secouru le père Chito et le professeur du collège Dansalan. Nous sommes très heureux, notre prière a été exaucée, car nous avons prié pour lui tous les jours. Maintenant, ils sont libres. Je rends grâce à Dieu », a déclaré Mgr Galido dans un entretien accordé à Radio Veritas, une station de radio catholique.

Au cours de la conférence de presse, les militaires ont révélé que le père Soganob n’avait subi aucun abus physique, mais à certains moments pendant la fusillade, il a été contraint de porter des armes à feu et de prendre la pose comme s’il était l’un des terroristes. Le père Soganub est le vicaire général de la cathédrale Sainte-Marie de Marawi, une ville à majorité musulmane dans le centre de Mindanao, l’archipel le plus au sud des Philippines. C’est le pape Paul VI qui a créé la prélature de Marawi afin de tendre la main, en réconciliation, aux musulmans philippins qui ont été victimes d’abus commis par les forces gouvernementales alors que la nation était sous la loi martiale.

Le 23 mai 2017, la ville de Marawi a été assiégée par plus de 700 hommes armés qui professaient leur allégeance à l’État Islamique. Selon le gouvernement philippin, un total de 47 civils, 149 soldats du gouvernement et 673 terroristes ont été tués pendant ce conflit. Le gouvernement a également déclaré qu’il y avait 359 680 personnes déplacées par la guerre. Il n’y a pas d’information récente en ce qui concerne les 50 otages restants, dont une vingtaine d’employés de la cathédrale Sainte-Marie.

Archives