200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Nos actions

Cadeaux de Noël pour des chrétiens en détresse

TANZANIE : aide aux réfugiés pour 1000 enfants burundais

Les habitants de Kigoma et de Kagera ont été complètement pris au dépourvu: 80 000 personnes, avec à peine plus que ce qu’elles ont emporté, ont afflué du Burundi vers la région frontalière de la Tanzanie, au bord du lac Tanganyika. Ils ont fui leur pays d’origine en mai 2015, à la suite du troisième mandat du président Pierre Nkurunziza en vertu de la loi en vigueur. Les familles, les femmes et les enfants en particulier, ont fui le régime d’injustice.

Les habitants de Kigoma et de Kagera, qui sont très pauvres et vivent de l’agriculture stérile, ont partagé le peu qu’ils avaient avec les nouveaux arrivants. Au départ, volontairement, mais de plus en plus, les réfugiés désespérés pillaient les champs. Ils vivent au jour le jour, sans toit, sans matelas, sans couverture… cherchent de l’ombre sous les arbres, cuisant sur la poussière et la saleté au-dessus du feu. La population locale pauvre elle-même mourait de faim – cela ne suffisait pas pour eux et pour les réfugiés.

Entre-temps, les réfugiés ont été conduits dans trois camps de réfugiés abandonnés, tous situés sur le territoire du diocèse de Kigoma: Nduta (district de Kibondo), Nyarugusu Camp (district de Kasulu) et Mtendeli (district de Kakonko). Mais même là, il manque l’essentiel. Entre-temps, la communauté internationale a au moins clarifié la question de l’alimentation, mais à part cela, la situation est toujours terrible. Les grandes familles partagent une grande pièce étouffante – pas de lits, pas de toilettes, eau courante, pas d’intimité. C’est inhumain.

Le diocèse de Kigoma le découvre également et tente donc d’organiser l’aide, à la fois pour le réconfort spirituel et l’assistance, ainsi que pour un soutien matériel tangible. Ces personnes sont notre voisin que nous aimons et aimons. Vous avez également droit à un hébergement pour chaque famille, matelas, couvertures, fournitures médicales, vêtements, savon, détergent à lessive et bien plus encore, comme nous. Et combien de fois prenons-nous ce droit inconsidérément pour acquis et en toute sécurité?

Mgr Joseph Mlola, évêque de Kigoma, demande une nouvelle fois notre aide après avoir aidé 100 familles l’année dernière. Cette fois-ci, les enfants et les jeunes (21 503 élèves de 7 écoles élémentaires, ne disposant généralement que de quelques bancs sous un toit en tôle ondulée, souvent juste à l’ombre d’un arbre) du camp de Nduta ont besoin d’aide. Vous avez besoin de manuels scolaires, de stylos, de cartables, d’uniformes scolaires (T-shirts, chandails matelassés, chaussures), de vêtements de sport, etc. « Nous ne pouvons pas tout aider en même temps, mais nous voulons commencer par une école – 1 000 enfants devraient d’abord recevoir des fournitures scolaires , 20 groupes d’équipement sportif « , déclare l’évêque. L’AED a de nouveau promis 30 000 €, sous forme de cadeaux de Noël.

 

SYRIE: cadeaux de Noël pour les enfants

Les statistiques sur la situation des enfants en Syrie montrent à quel point les enfants sont vulnérables. Les jeunes sont les victimes les plus innocentes de la guerre. Les enfants syriens constituent le groupe le plus menacé et le plus en détresse. Ils souffrent de maladie et de malnutrition. Des cas de travail des enfants, d’enfants soldats et de mariages d’enfants ont été rapportés. La guerre civile syrienne a privé des millions de jeunes de leur enfance. Les enfants chrétiens sont dans la même situation voir encore plus vulnérables parce que la pauvreté touche de plus en plus de familles chrétiennes.

Au cours des dernières années de la guerre civile en Syrie, l’AED a tenté de soutenir les familles et les enfants en leur accordant de nombreuses subventions: paniers de nourriture, produits d’hygiène, vêtements, subventions financières. Ce soutien a aidé les familles à surmonter les difficultés causées par la guerre et les a épargnées, dans une certaine mesure, de l’indignité.

Les cadeaux de Noël ont toujours été très appréciés car il s’agit d’un moment privilégié pour tous les chrétiens. Les petits cadeaux rendront les familles et les enfants très heureux et leur rappelleront qu’ils ne sont pas oubliés par les autres chrétiens du monde.

Nous allons aider au moins 16 100 enfants de toute la Syrie avec des vêtements chauds (quelque chose dont ils ont besoin) et quelques bonbons (agréable à manger). Certains vêtements seront fabriqués par des familles chrétiennes, ce qui les aidera également. Une équipe de volontaires est nommée pour superviser la distribution.

Aider les enfants à survivre à cette terrible période de guerre et à renforcer leur foi est une priorité essentielle pour l’AED, car ils sont les plus vulnérables des plus vulnérables.

Lieux : Al-Hasakeh, Qamishly, Homs, Homs, Swaida, Alep, Damas, Maloulla, Maaroune, Khabab et Horan.

Budget :

Vêtements (12 €) et quelques bonbons (0,5 €) = 12,5 €
16 100 enfants x 12,5 € = 201 250 €
Autres coûts (sacs, transport et indemnités pour les volontaires) = 16 000 €
________
Total  nécessaire = 217 250 €

 

UKRAINE : aide aux familles nécessiteuses en Crimée

« La situation des approvisionnements dans la péninsule de Crimée est pire que meilleure », a informé Mgr Jacek Pyl, OMI, et l’évêque catholique romain d’Odessa-Symferopol. « Les revenus réels sont en baisse: par rapport à 2013, au premier semestre 2017, les salaires sont inférieurs de 18% et les retraites de 14%. La pauvreté est plus proche qu’on ne le pense – désormais, chaque Russe sur sept vit à la limite du minimum vital. » Et le nombre augmente. En Russie, un salaire équivalent à 140 euros par mois est considéré comme le minimum vital. Mais les pensions en Crimée ne sont que de 8500 roubles en moyenne, soit 110 euros. Un Russe sur trois a toutes les chances de sombrer dans la pauvreté dans un avenir proche. En août 2014, la Russie a réagi à des sanctions sous la forme d’une interdiction d’importer un certain nombre de produits en provenance des pays de l’Union européenne, des États-Unis, du Canada, de la Norvège, de l’Ukraine et de quelques autres en Russie. L’interdiction a été appelée « contre-sanctions ». La liste des produits interdits comprenait la viande et les produits laitiers, le poisson, les légumes, les fruits et les noix. « Dans le pays, les prix de ces produits et d’autres ont doublé depuis 2014 et, par rapport aux prix en Ukraine, nous pouvons affirmer avec certitude que les prix de plusieurs produits de consommation courante en Crimée sont même trois fois plus élevés. Par rapport au centre de la Russie, les prix sont de 20 à 40% plus élevés, voire plus élevés qu’à Moscou, en partie à cause de la nouvelle taxe sur les transports. Dans nos paroisses de Crimée, vous pouvez sentir l’épuisement des plus pauvres tous les jours. Si les familles dans lesquelles travaillent deux parents sont obligées sauver la nourriture, alors les retraités, les personnes handicapées, les familles incomplètes et de nombreux enfants ont besoin de notre aide et de notre solidarité chrétiennes. « 

Surtout les personnes âgées souffrent. Une personne âgée a besoin de deux fois plus d’aide médicale qu’une jeune personne, une personne très âgée même six fois plus. Surtout, ils souffrent de maladies chroniques, souvent de deux à quatre en même temps, qui coûtent toutes cher. Une mauvaise nutrition y contribue.

Cela devient pénible lorsque les plus pauvres parmi les pauvres doivent fuir pour emprunter et tomber dans le piège de la dette. Le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté augmente rapidement. Plus une famille a d’enfants, plus elle est vulnérable. Le risque est de 66% pour les familles de 1 à 2 enfants et de 78% pour les familles de trois enfants ou plus. C’est pourquoi Mgr Pyl nous demande de l’aide pour acheter les vêtements nécessaires pour l’automne et l’hiver.

Le père Leon Metelskij de Feodossija écrit: « Notre paroissienne An-ya est atteinte du VIH et de l’hépatite C. Depuis 2018, les médicaments contre le VIH ont été exclus du catalogue des produits essentiels et vitaux du Krym. Les obtenir en Ukraine coûte cher. Irina (née en 1957) est également gravement handicapée, tout comme sa fille Viktorija, qui n’a qu’un rein et est incapable de s’occuper d’elle-même, de sa mère ou de sa fille mineure. Tout l’argent est utilisé pour des médicaments, il ne reste pratiquement rien pour de la nourriture. La famille a besoin de toute urgence de chaussures d’hiver … « 

Nous apportons notre soutien depuis 2014. Nous souhaitons également contribuer à hauteur de 15 000 euros à l’achat de nourriture, de médicaments, de vêtements et de chaussures, ainsi que d’articles d’hygiène.

Monde : des petites bibles pour enfant

Le Père Rolando Montes de Oca (vidéo ci-dessous), prêtre de l’archidiocèse cubain de Camagüey, se souvient du jour où il a découvert la Bible de l’enfant distribuée par l’AED : « Je me souviens avec beaucoup de gratitude du jour où, alors que j’étais un petit garçon, notre curé et la catéchiste sont arrivés tout joyeux de nous apporter la Bible de l’enfant, imprimée par l’AED. J’étais petit et je voulais avoir un bon livre sur la foi, expliqué pour les enfants. J’ai lu le livre en entier et je suis tombé amoureux de Dieu à travers les pages de cette Bible. Je l’ai encore aujourd’hui dans ma chambre. Par la suite, je l’ai utilisée à maintes reprises pour faire le catéchisme aux enfants. Oui, la Bible de l’enfant de l’AED est étroitement liée aux racines de mon expérience de Dieu. »

Mentions légales | Crédits | Vie privée | Informations Cookies