200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Nos actions

Décembre 2018 :
nos derniers projets en Syrie

 

15 millions € pour la Syrie : faites un don !

A l’approche de l’Avent 2018, l’AED souhaite financer 15 millions d’euros de projets d’urgence, de reconstruction et d’assistance pastorale, destinés en particulier aux enfants :

 – aide d’urgence : nourriture, médicaments, produits d’hygiène, aides au paiement des loyers et de l’électricité pour les familles déplacées,
reconstruction : de maisons particulières des familles chrétiennes revenues dans leurs lieux d’origine, et de structures communales, dont des églises et monastères,
assistance pastorale : aide à la subsistance pour les prêtres et religieuses, programmes de formation et de prise en charge spirituelle ainsi que d’accompagnement post-traumatique.
des bourses d’étude et du matériel scolaire sont prévus pour les enfants et les adolescents, ainsi que du lait maternisé pour les bébés et enfants de moins de trois ans et un lot de cadeaux de Noël pour plus de 15 000 enfants.

 

Du lait pour 750 familles pendant 12 mois

Malgré tous les changements positifs survenus en Syrie, la situation des familles chrétiennes déplacées ne s’est pas encore améliorée. Il y a toujours un manque de sécurité et l’économie stagne. Les familles ont très peur de rentrer chez elles car il n’y a pas de travail et elles n’ont pas les moyens de reconstruire leurs maisons. Il y a de nouveaux organismes de bienfaisance qui commencent à s’occuper des pauvres, mais il faudra beaucoup de temps avant qu’ils soient bien organisés et on ne sait pas s’ils vont aider les chrétiens.

Il existe certaines priorités pour les familles et il est clair que les malades et les enfants sont la principale préoccupation des chrétiens. Le projet « Goutte de lait » est important pour de nombreuses familles et elles sont très reconnaissantes de ce type d’aide.

La distribution est beaucoup mieux organisée et supervisée qu’auparavant et l’évêque fait très attention aux fonds distribués dans les différentes paroisses de son diocèse de Lattaquié.

Ce n’est un secret pour personne que les chrétiens émigrent quand ils ne voient pas d’avenir pour leurs enfants. C’est la raison pour laquelle ce projet, bien qu’il s’agisse clairement d’une urgence, est important pour aider les familles chrétiennes à rester en Syrie.

La proposition ici est de fournir à 750 familles 1 l de lait par mois pendant 12 mois. 1 l coûte l’équivalent de 4,20 €. Le budget total est de 37 800 €. Vérifier la conversion 1 kg de lait en litre.

l’AED vient de décider de soutenir tout le projet.

HASSAKÉ : du fioul pour le chauffage – hiver 2018

Christmas project (gifts for needy families and Syrian refugees, heating cost assistance, petrol) within the Ordinariate

Une enquête menée par le diocèse a révélé que 575 familles n’étaient pas en mesure d’acheter du fioul pour se chauffer en hiver. L’archidiocèse de Hassake-Nisibi-Sir a sollicité notre aide pour financer l’achat de 200 litres de fioul par famille – le minimum nécessaire au chauffage et pour la production d’ l’eau chaude. Cette assistance atténuera les effets du froid sur la santé. Cela empêchera également les familles d’utiliser des solutions de remplacement telles que le bois, les sacs en plastique ou le charbon de bois, qui, en raison de leur combustion incomplète, peuvent provoquer des cas de suffocation, des cancers et des incendies.

Mgr Bihnan Hindo, archevêque  catholique syriaque de Hassake et de Nisibi, a formé un comité, chargé de préparer la liste des familles dans le besoin et de superviser la distribution des fonds, en un seul lot, en janvier.

Le budget total est de 30 000 €.

Aide à 65 familles dans le besoin à Damas (pour 2019)

«La famille est le pilier de l’Église et de la patrie », a déclaré Mgr Nassar.

La situation de certaines familles chrétiennes à Damas est très difficile et elles ont besoin d’une aide régulière. L’évêque aimerait aider 65 familles et suggère de donner 20 dollars par mois à chaque famille . Cela sera sans aucun doute grandement apprécié, car le coût de la vie à Damas continue d’augmenter.

Le budget total est de 15 600 dollars (13 000 euros).

Comme l’année dernière, l’AED a décidé de financer le montant total demandé.

Réhabilitation d’une salle de sport à Alep

Le club de sport d’Al Jalaa n’a pas seulement des fins sportives. C’est un centre de développement social, culturel, éducatif qui aide les jeunes et les enfants à développer leurs compétences et leur offre des possibilités d’emploi. C’est le seul endroit en dehors de l’église où les jeunes peuvent se rencontrer. Le père Halemba ajoute: « Il est très important que les jeunes qui ont vécu leur enfance au cours de cette guerre aient un lieu de rencontre, de prière et puissent jouer ensemble ».

l’AED s’est engagée avec 30 000 € pour couvrir les coûts de rénovation et d’équipement.

*****

DAMAS : Aide scolaire – 160 élèves – 2019
 « Les enfants de Syrie sont les premières victimes de cette terrible guerre » Mgr Nassar

Des centaines d’écoles ont été détruites en Syrie. Avant la guerre, 28 élèves partageaient une salle de classe, aujourd’hui 50, voire 60 élèves sont regroupés dans une seule pièce. «Notre Église est appelée à agir pour aider au moins les jeunes se trouvant dans les situations les plus précaires à pouvoir terminer leurs études», confirme-t-il.

Il demande à l’AED d’aider 160 élèves chrétiens avec une bourse de 30 dollars par an.

Le budget total est de 4 800 dollars (4 200 euros). Comme l’année dernière, l’AED a décidé de financer le montant total demandé.

 

*****

Site d’Evangélisation www.aveomaria.com – 2019

“Allez dans le monde entier et prêchez l’évangile à toute la création.” Mt 28,19

Le site Web arabe Aveomaria.com compte environ 5000 visiteurs par jour, répartis dans le monde entier. Le site Web a célébré son 10e anniversaire en 2018. Petit à petit, ce site Web est devenu la référence pour le clergé, les laïcs, les écoles, les paroisses et de nombreux non-chrétiens. Dans les régions où il n’est pas possible d’organiser des cours de catéchèse à l’intention des catholiques arabophones, le site Web est un outil indispensable.

Mgr  Samir Nassar, archevêque maronite de Damas, souhaite accorder 200 dollars par mois au petit groupe de volontaires travaillant pour ce site. (4 800 dollars par an / 2 000 euros)

l’AED s’est engagée à donner 2000 €.

*****

Retraite spirituelle pour les jeunes de l’éparchie maronite de Lattaquié

En raison de la guerre et de la violence en Syrie, la nécessité de renforcer la vie spirituelle des jeunes s’est accrue. Le diocèse organise à Tartous 3 retraites spirituelles différentes, pour 90 jeunes, âgés de 18 à 30 ans. Ils appartiennent à des centres d’enseignement chrétiens, des fraternités, des chorales et des groupes pastoraux de 4 grandes villes de Syrie : Tartous, Lattaquié, Homs et Hama. L’objectif est de renforcer leur vie spirituelle, leur connaissance de la  Bible et d’améliorer leurs compétences dans le groupe pastoral où ils servent.

l’AED a promis 2 000 € pour couvrir les frais de transport, de restauration et d’hébergement.

*****

Mur de soutènement pour une propriété du monastère des Soeurs de la Sainte-Famille à Banias City

Les sœurs maronites de la Sainte-Famille de Banias dirigent un monastère composé d’une résidence pour les religieuses, d’une crèche pour les habitants de la ville de Banias et d’une école. Le monastère possède plusieurs parcelles. La partie la plus élevée de la parcelle est adjacente au monastère et à l’école et, en raison des précipitations et d’autres facteurs climatiques, les bâtiments et leurs occupants sont en danger. La  côte n’est pas stable. Il est devenu nécessaire de construire un mur de soutènement pour prévenir tout glissement de terrain et protéger à la fois le monastère et l’école.

Le budget total est de 42 000 €. l’AED contribuera à ce projet avec 25 000 €

*****

Porte et clôture pour l’église paroissiale Saint Georges de Beit Arcouch

La paroisse de Beit Arcouch appartient au diocèse maronite de Lattaquié. C’est petit et pauvre. Il a 150 familles. Un tiers d’entre elles sont des familles déplacées venant de toute la Syrie. La majorité des paroissiens sont des agriculteurs aux  moyens modestes.

La paroisse organise des activités pour les enfants et les jeunes. Le curé demande notre aide pour financer un portail et une cloture, pour des raisons de sécurité Nous avons promis de donner 2 000 €.

*****

Bourses d’études pour les étudiants d’Alep

Huit ans après le début du conflit en Syrie, les besoins sont toujours énormes: 13,1 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire, dont 5,6 millions d’urgence

La situation à Alep est relativement stabilisée. Au total, environ 2,25 millions de personnes à Alep sont considérées comme étant dans le besoin (dont 0,38 million dans un besoin d’urgence). Le bureau de l’AED en Syrie a organisé récemment plusieurs réunions avec les responsables des églises d’ Alep pour discuter de la situation des chrétiens restés à Alep et de la meilleure façon de les  aider en ces temps difficiles.

 « L’éducation a toujours été une priorité pour les chrétiens du Moyen-Orient», a déclaré Regina Lynch, directrice des projets à l’AED. « Nous voyons souvent que les personnes déplacées cherchent immédiatement à scolariser leurs enfants». Il est presque impossible pour les familles qui vivent au jour le jour, de couvrir les frais de transport de leurs enfants pour aller à l’école ou à l’université et de payer les livres et le matériel pédagogique.

Les chiffres montrent que 1,04 million de personnes ont besoin d’une aide éducative à Alep.

Sous la supervision du bureau de l’AED en Syrie, le comité a rassemblé les noms de 7340 étudiants dans le besoin appartenant à 10 églises / rites différents à Alep.

La proposition est de donner un montant de 10 000 livres syriennes (près de 20 euros selon le taux de change actuel) à donner par mois à chaque enfant ou étudiant scolarisé, pour la durée de l’année universitaire 2018-2019, afin de leur permettre de poursuivre leurs études.

Nombre total de bénéficiaires : 7340 élèves (maternelle: 772 / école: 4368 / université: 2200). Montant total proposé 7340 étudiants x 20 euros x 8 mois = 1 174 400 euros.

Formation et guérison des traumatismes au couvent de Maaysarah

A refugee girl holds a pigeon in Al-Sakhour District in Aleppo when the war has not yet ended.

«Les chrétiens en Syrie tentent vraiment humblement de vivre en paix avec leur passé. Mais beaucoup sont en détresse spirituelle et psychologique et ont désespérément besoin d’être soutenus », déclare le père Halemba. «La confrontation à long terme à la guerre et au stress d’après-guerre a de graves conséquences psychologiques. C’est pourquoi il faut aider une personne à exprimer sa souffrance et à affronter ses mauvais souvenirs ».

 C’est la raison pour laquelle l’AED a lancé ce nouveau projet visant à aider et guérir les personnes souffrant de détresse psychologique, en particulier les enfants.

Le cours du Bon Samaritain sur la guérison des traumatismes est organisé en coopération avec des partenaires de l’Église locale et des laïcs d’autres pays. Ce n’est pas un événement, mais un programme audacieux comprenant des réunions de suivi hebdomadaires combinées à une assistance individuelle et renforcées par des sessions de relaxation. La première session s’est déroulée du 8 au 22 octobre 2018 au Sanctuaire armélitain de l’Enfant Jésus à Jounieh, au Liban, à l’intention du clergé et des laïcs, qui dirigeront ensuite le projet en Syrie.

Le coût de cette première session de formation pour 30 futurs formateurs syriens est de 12 518 € (transport, nourriture, hébergement) et de 3 478 € pour les honoraires de Mme Daman, psychologue, qui a mené la formation.

 

Réparation de 3 bus endommagés

Ce projet consiste à réparer les 3 bus endommagés de la seule école privée de l’archidiocèse grec-orthodoxe d’Alep (situé à 20 km d’Alep), afin de les utiliser pour transporter les enfants du jardin d’enfants St Elie. L’école a été partiellement détruite et pillée. Les bus avaient été transférés à Alep avant le pillage, mais gravement endommagés par les éclats de roquettes.

Les familles des 160 enfants de la maternelle n’ont pas les moyens de payer le transport et l’archidiocèse n’a pas les moyens de réparer les bus. Ils demandent notre soutien.

Le bus servira pour les enfants mais aussi pour d’autres chrétiens. Cela aidera sans aucun doute les familles qui sont si pauvres qu’elles n’ont pas les moyens de payer le transport.

Le coût total est de 29 500 €. l’AED a promis 9 000 €.

Mentions légales | Crédits | Vie privée | Informations Cookies