200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Nos actions

Éthiopie :
Le rêve d’une chapelle pour la communauté de Kububa

OBJECTIF :
25 000 €
18 750 € collectés

Le contexte

L’Église catholique de rite latin a mis le pied en Éthiopie en 1880, d’abord grâce aux missionnaires laïcs. Depuis lors, le travail de ces missionnaires et des suivants a porté de riches fruits. Aujourd’hui, il y a environ 800 000 catholiques dans le pays – à peine 1 % de la population totale (43 à 45 % est orthodoxe, tandis que le nombre de musulmans, actuellement d’environ 35 %, augmente). Pourtant, bien qu’elle ne soit qu’une petite Église en diaspora, elle a largement contribué au développement du pays dans les domaines éducatif, médical et social.

Ce travail continue de se développer et de s’épanouir, notamment dans le sud du pays, où se situe le vicariat apostolique d’Awasa. Ce dernier abrite 214 421 catholiques, soit environ 2,8 % de la population locale et environ un tiers de tous les catholiques du pays. Il existe 9 paroisses et 529 chapelles de village ou petites communautés. Il n’y a pas moins de 48 écoles gérées par l’Église, 13 centres de santé, 2 écoles écoles techniques/professionnelles pour femmes et une foule de petits projets sociaux et de développement.

Certaines communautés locales vivent entièrement de l’agriculture, d’autres de l’élevage et d’autres encore vivent en partie des deux. Il y a de fréquents conflits entre les différents groupes tribaux, principalement à cause des terres et des pâturages pour les troupeaux. Le développement est un besoin évident pour tous ces groupes.

Un défi majeur qui a un impact direct sur le rayonnement pastoral de l’Église est l’état déplorable de l’infrastructure. Les cinq doyennés du vicariat, à savoir Sidama, Guji, Gedeo, Amaro et Borana, couvrent une superficie de pas moins de 118 000 km². Les routes sont mauvaises, le climat rude et le terrain difficile et par endroits très vallonné et inaccessible.

 

Le projet

Les Pères Spiritains travaillent dans la région de Borana, à la frontière avec le Kenya, depuis 1972. Le père Kenneth Iwunna est responsable de la paroisse Sainte Croix à Dhadim, l’une des trois paroisses du doyenné de Borana. Il y a cinq ans, le père Kenneth a découvert une communauté jeune et dynamique, à environ 30 km du village le plus proche. « Je lui ai donné le nom de “Notre Dame Reine des Apôtres” en raison du nombre croissant de ses membres, en particulier des jeunes et des enfants », écrit-il. Ceux-ci représentent 70 % de la communauté. Souvent, ce sont ces jeunes qui amènent leurs parents à l’Église.

Pendant les trois premières années, le père Kenneth a célébré la messe sous un arbre. Puis il a construit une simple cabane avec l’aide des fidèles.

« La dernière fois que j’y ai fait des baptêmes, j’ai baptisé pas moins de cinquante-cinq personnes, enfants et adultes. C’est vraiment encourageant ! »

Cependant, la petite hutte qui sert de chapelle est depuis longtemps devenue inadéquate pour la communauté grandissante. Alors maintenant, lui et ses fidèles rêvent de construire une petite chapelle permanente pouvant accueillir jusqu’à 150 personnes. « Nous sommes convaincus que cela renforcera grandement la foi des gens d’ici d’avoir une église solide et permanente parmi eux. Et en plus, le nombre des fidèles continuera de croître. »

 

Mentions légales | Crédits | Vie privée | Informations Cookies