200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Nos actions

Irak, la fin de l’exil :
aidez-nous à reconstruire leurs maisons !

15 juin 2017 – « Comment ne pas se réjouir de cette libération qui a permis à Christina et à ses parents de se retrouver? Beaucoup de personnes ont prié depuis trois ans pour cet heureux dénouement. N’oublions pas toutes les autres victimes d’enlèvements pour lesquelles nous espérons également une prochaine libération. »
Marc Fromager, directeur de l’AED

Actuellement, l’AED est en train de reconstruire des maisons à Qaraqosh et aux alentours pour les chrétiens qui veulent revenir. 13 000 maisons à reconstruire !

Objectif du projet : Permettre aux irakiens chrétiens qui le souhaitent, de rentrer dignement et en sécurité chez eux dans les villages de la Plaine de Ninive, où leurs ancêtres ont vécu pendant des siècles.

 

Irak : le père de Christina priait chaque jour le chapelet pour son retour

Liberation of a girl kidnapped from ISIS 3 years beforeNous prions pour la famille de Christina, encore sous le choc de revoir leur fille. Un vrai miracle, une nouvelle naissance et une nouvelle vie. Dans la nuit du 6 au 7 août 2014, l’État islamique envahissait les plaines de Ninive en expulsant les chrétiens de leurs terres d’origine vers la région kurde, à l’exception d’un grand nombre d’entre eux qui furent bloqués là. Certains ont pu s’enfuir, mais plusieurs centaines d’autres sont restés emprisonnés sans que l’on sache ce qu’ils sont devenus depuis.
Liberation of a girl kidnapped from ISIS 3 years beforeParmi ceux qui sont restés après l’occupation de la région par l’État islamique se trouvaient M. Khonder Ezzo, sa femme Aida Hanna et leur fille Christina – qui avait trois ans à l’époque. Le 22 août 2014, l’État islamique a permis à Christina et d’autres familles de quitter Qarakosh pour rejoindre Erbil après avoir pillé leur argent et leur or. Un des soldats de l’EI a enlevé Christina des bras de sa mère. Les supplications de la mère auprès du soldat qui portait l’enfant, apeurée et en pleurs, sont restées sans réponses. Il donna l’ordre à la mère de remonter dans le bus en la menaçant de l’abattre. C’est la dernière fois que la mère vit sa petite fille jusqu’au 10 juin 2017.

Dans une interview de l’AED auprès du père Ignatius Offy, prêtre syrien catholique d’Ankawa, celui-ci évoque le retour de Christina.

Père Ignatius, comment connaissez-vous cette famille ?
Liberation of Christina kidnapped from ISIS 3 years beforeLa famille de Christina et moi sommes de la ville de Qaraqosh. Les familles de la région se connaissent et nous avons tous des relations très proches. De plus, je suis un prêtre, et depuis notre déplacement forcé de la région durant la nuit du 6/7 août 2014, je me suis mis à la recherche des personnes capturées par l’État islamique. J’ai envoyé la liste des personnes dont le sort était encore inconnu à beaucoup d’individus, organisations et associations. Parmi ces noms se trouvait bien sûr la plus jeunes d’entre eux, Christina.

Que ressentez-vous après ce retour miraculeux ?
Ce qui est arrivé à Christina et sa famille est un vrai miracle. À mon humble avis, c’est la quatrième naissance de la fillette. La première fois fut à sa naissance, la deuxième à son baptême, la troisième fut quand une famille musulmane l’a adoptée en prenant soin d’elle alors qu’elle était disparue et enfin, quand elle est revenue auprès de sa famille et de la communauté chrétienne. Christina a reçu une nouvelle vie. Nous remercions Dieu pour son ses bienfaits envers elle, sa famille et envers nous tous.

Savez-vous où Christina se trouvait durant ces trois années ?
Le père de Christina nous a expliqué après son enlèvement : « Nous avons posé la question continuellement à ceux qui étaient restés dans la région. Un dernier appel que nous avions reçu venait d’un de nos proches qui nous assurait que Christina était en vie, qu’elle avait été vue avec un soldat de l’EI près de la mosquée. Toute communication fut coupée après cela. » Cinq mois après son enlèvement, la famille de Christina fut informée par une de leurs connaissances que le bébé était en vie et se trouvait avec une famille musulmane dans la région d’Al-Tanak à Mossoul. À l’époque, cette famille avait trouvé Christina devant une mosquée près de Mossoul, l’avait prise avec eux chez eux et l’ont traité comme l’un d’entre eux. Ils voulaient réunir l’enfant après sa famille mais avait peur pour sa sécurité. Ils l’ont donc gardée, protégée et ont pris soin d’elle.

****

Une équipe de l’AED avait rencontré les parents de Christina il y a deux ans et à l’époque ils n’avaient aucune nouvelle. C’était déchirant et pourtant, leur foi était impressionnante. Ont-ils toujours gardé l’espoir du retour de leur fille ? Durant deux ans, la famille de Christina a entendu des bouts de nouvelles à propos d’elle mais ne pouvaient pas communiquer directement avec elle. Beaucoup de médias arabes et étrangers ont parlé de son enlèvement et ont répandu son histoire très largement. Ses parents et sa famille l’ont recherché inlassablement et ont publié sa photo. Son père a prié le chapelet chaque jour pour son retour. Il gardait des images de saints près de celle de Christina sur les murs de la caravane om ils vivaient dans leur exil. Beaucoup de fidèles ont confié à la famille qu’ils priaient de même pour le retour de leur fille ainsi que de toutes les personnes manquantes.

*****

Comment a-t-il été possible de la faire revenir ?
Quand l’attaque dans le sud de Mossoul est survenue, la famille musulmane qui avait adopté Christina a déménagé vers un lieu plus en sécurité. Le père a appelé une personne qui connaissait Christina à Qaraqosh en lui demandant le numéro d’un membre de sa famille. Il a obtenu celui du grand frère de Christina et l’a appelé tard dans la nuit du jeudi 9 juin, en leur demandant d’aller dans le district de Kojli à Mossoul pour venir chercher leur fille. Le matin du lendemain, la famille de Christina était au rendez-vous et les deux familles se sont rencontrées. Christina fut rendue à sa famille. Elle était en bonne santé. Ses parents ont remercié la famille qui avait pris soin d’elle durant les trois années précédentes. Christina était finalement réunie avec ses vrais parents, sa famille, ses proches et son peuple.

Comment se porte Christina ? Elle doit être extrêmement confuse…
Aujourd’hui, elle a presque six ans. Elle est encore choquée et effrayée. Elle a oublié ses parents, ses frères et sœurs. Elle a également oublié sa langue maternelle, le syriaque. Elle ne parle plus qu’arabe. Elle parle très peu avec sa famille et avec ceux qui lui rendent visite. Parfois, elle leur sourit. Elle joue avec les cadeaux que les gens lui offrent.

Comment décrivez-vous la réaction des parents, de la famille, de toute la communauté qui a prié et attendu tout ce temps ?
La mère était très émue et des larmes de joie coulaient de ses yeux. Elle décrit le retour de Christina comme un miracle. Elle est choquée de voir comme elle a grandi et à quel point elle a changé, à tel point qu’elle ne la reconnaissait plus. « Nous remercions Dieu qui l’a sauvée de l’EI » dit le père. Quant à ses frères et sœurs, ils ne pouvaient expliquer leurs sentiments à propos du retour de leur plus jeune sœur. La communauté a accueilli Christina en chantant et en dansant. Ils ont organisé une petite fête près du terrain où vit la famille. Ils ont dit une prière de remerciement pour Christina, tout en priant pour ceux encore détenus par l’EI. La famille continue d’accueillir les gens venus féliciter la famille pour le retour de leur fille.

Comme vous l’avez dit, Christina n’est pas la seule des enfants chrétiens et yazidis à avoir été enlevée par l’EI. Avez-vous des nouvelles pour les autres ?
Je ne connais pas d’autre enfant qui a pu être libéré. Beaucoup de chrétiens furent enlevés par l’EI mais nous n’avons plus entendu parler d’eux depuis, y compris pour les enfants, les adolescents, les hommes, les femmes, jeunes et vieux…

Connaissez-vous les plans d’avenir de la famille ?
Leur maison de Qaraqosh est détruite. Ils vivent actuellement dans un camp pour les chrétiens réfugiés dans une petite caravane de deux pièces. L’aîné, qui travaille dans une boulangerie d’Erbil, nous a confié : « Franchement, nous n’avons plus aucun avenir en Irak. Il y a six mois, nous avons demandé un visa d’émigration vers la France, mais nous n’avons pas encore obtenu de réponse. Cette caravane est petite et la vie est dure. » Je supplie les associations et organisations qui prennent soin des enfants d’aider la famille de Christina et d’offrir à la jeune Christina, encore sous le choc, un accompagnement psychologique pour l’aider à renouer avec sa famille et la communauté.

Avez-vous un message pour les amis et bienfaiteurs de l’AED ?
Mon message est une prière :
Nous remercions le Seigneur pour ses bienfaits et pour le miracle qu’il nous a donnés.
Nous remercions la famille musulmane qui a pris soin de Christina.
Nous remercions tous ceux qui ont travaillé pour son retour.
Nous prions pour Christina pour qu’elle puisse prendre un nouveau départ en apprenant à connaître ses vrais parents, sa famille et la communauté chrétienne. Nous prions pour sa famille, sous le choc de revoir leur bébé.
C’était un vrai miracle, une nouvelle naissance et une nouvelle vie.
Nous prions pour tous ceux qui peuvent offrir une aide pour l’enfant et sa famille d’une façon ou d’une autre.
Nous prions pour le retour des captifs, des prisonniers, des personnes enlevées par l’EI et les autres factions.
Nous prions pour que la paix, la sécurité, la stabilité triomphent dans notre Irak blessé, et dans le monde entier.
Amen

Mentions légales | Crédits