200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Nos actions

Mars 2020 :
Sierra Leone, Burkina Faso, Liban, Argentine, Pérou, Ukraine

Success Story au Sierra Leone : Une moto pour un prêtre

La Sierra Leone, pays d’Afrique de l’Ouest, n’a guère trouvé la paix ces dernières années. Les conséquences de la guerre civile sanglante qui avait fait d’innombrables morts et causé de graves dévastations entre 1991 et 2002 se font encore sentir aujourd’hui. Les infrastructures et l’économie sont à terre. Et plus de 70 % d’une population d’environ 7 millions de personnes vivent dans la pauvreté.

Les catastrophes naturelles et l’épidémie d’Ebola de 2014 ont encore aggravé la situation. Ainsi, l’Église a dû fortement se concentrer sur les besoins concrets de la population. Cependant, aujourd’hui il faut remettre de plus en plus l’accent sur la reconstruction spirituelle. En effet, un avenir meilleur se prépare par la conversion intérieure des hommes et le renouvellement de leur relation à Dieu.

Depuis son ordination en février 2019, le père Paul Karim travaille dans la paroisse Saint-Charles Lwanga, à Bo, au sud du pays. Avec 175 000 habitants, Bo est la troisième ville de Sierra Leone. La paroisse englobe également plusieurs villages des environs. Leur éloignement par rapport au siège de la paroisse peut atteindre les 24 kilomètres. Le jeune prêtre célèbre la messe dans les différentes localités, rend visite aux malades et aux personnes âgées, leur apporte les sacrements, s’implique dans la pastorale scolaire et participe à diverses réunions paroissiales.

 

Jusqu’à récemment, il n’y avait cependant qu’un seul véhicule dans toute la paroisse, si bien que le père Paul avait du mal à atteindre les endroits où on avait besoin de lui. Grâce à l’aide de nos bienfaiteurs qui ont fait don de 900 €, il a pu acheter une moto. Cela a grandement simplifié son ministère, et les fidèles se réjouissent qu’il puisse désormais venir à eux plus souvent et plus rapidement. Merci beaucoup à tous ceux qui ont offert leur aide !

 

Burkina Faso : Aide à la formation de 61 séminaristes dans le nord du pays

Le diocèse de Ouahigouya se situe dans le nord du Burkina Faso, qui souffre fortement du terrorisme depuis 2019. Des massacres et des assassinats ne cessent d’avoir lieu. Beaucoup de gens ont fui à la suite des attaques djihadistes.

Malgré le danger et la peur qui se répand, 61 jeunes hommes du diocèse se préparent actuellement à devenir prêtres dans des conditions difficiles. Les fidèles se soucient beaucoup de ces vocations qui proviennent de chez eux. Ils portent les jeunes hommes dans la prière. Ils font également des sacrifices matériels pour permettre leur formation, bien que la plupart d’entre eux n’aient eux-mêmes pas beaucoup de biens. Les familles des séminaristes ont, elles aussi, toujours soutenu matériellement la formation, dans la mesure de leurs moyens.

Cependant, en raison de la terreur, de nombreuses familles sont actuellement en fuite. Elles ont dû abandonner tout ce qui leur permettait de gagner leur vie et n’ont plus rien. Aussi, elles ne peuvent plus soutenir matériellement la formation des futurs prêtres. Les prêtres de paroisse sont également confrontés à la tâche de soutenir les nombreuses personnes qui ont tout perdu.

Afin de permettre à ces 61 courageux jeunes hommes, qui veulent poursuivre leur chemin vers la prêtrise malgré les risques pour leur vie, de poursuivre cette année leurs études, l’AED les soutient à hauteur de 30 000 €.

 

L'archevêque John Darwish avec les enfantsLiban : Aide à la « Table de Saint Jean le Miséricordieux », une soupe populaire catholique située à Zahlé

Saint Jean le Miséricordieux s’est rendu célèbre pour son amour extraordinaire pour les pauvres. Partout où il voyait une détresse, il tentait de toutes ses forces et par tous les moyens de l’alléger. Après être devenu patriarche d’Alexandrie, il nourrissait quotidiennement 7900 pauvres. Il est mort vers l’an 619 et est vénéré par les chrétiens catholiques et orthodoxes.

Un projet d’aide humanitaire initié par l’Église gréco-catholique melkite à Zahlé, près de la frontière syrienne, porte son nom. Depuis décembre 2015, la « Table de Saint Jean le Miséricordieux » est un lieu d’accueil pour les personnes qui n’ont pas les moyens de se payer un repas chaud tous les jours – dont de nombreux réfugiés syriens, mais aussi de plus en plus d’autochtones. Chaque jour, 1000 personnes reçoivent un repas chaud. Environ 800 d’entre elles arrivent par leurs propres moyens. Et environ 200 autres personnes handicapées, fragiles ou malades, reçoivent la visite d’employés – leur nourriture leur étant livrée avec un peu de consolation morale et de compassion humaine.

En plus de la nourriture pour le corps, les gens reçoivent une nourriture spirituelle et un soutien moral. Ce projet est une contribution importante pour empêcher l’exode des chrétiens de la région. Nous soutenons à nouveau ce précieux projet, à hauteur de 880 000 €, pour une année entière.

 

Argentine : Offrandes de messe pour 24 prêtres rédemptoristes

L’Ordre des Rédemptoristes compte environ 5300 membres et intervient dans 78 pays à travers le monde. À l’origine, il se consacrait à des missions populaires et à d’autres tâches pastorales. Cependant, son champ d’activité s’est élargi au fil du temps. En Argentine, par exemple, les Rédemptoristes s’occupent principalement des pauvres des régions périphériques des villes telles que Buenos Aires, et des zones rurales.

Le nombre de personnes dans le besoin augmente. Les réformes économiques ratées du gouvernement Macri, aujourd’hui déchu, ont accru la pauvreté d’une grande partie de la population argentine. La pauvreté touche aujourd’hui 40 % sur les 44,7 millions d’habitants. L’Église locale souffre également de la crise économique et dispose de moins en moins de ressources pour pouvoir accomplir sa mission.

L’AED voudrait soutenir 24 prêtres de l’Ordre au moyen d’offrandes de messe, afin de les aider à subvenir à leurs besoins. Ces prêtres célèbrent ensuite la messe aux intentions de nos bienfaiteurs. Parmi eux se trouvent plusieurs pères âgés et malades qui ont servi Dieu et leur prochain de manière infatigable tout au long de leur vie. Certains ont besoin de soins 24 heures sur 24.

 

Nous allons transmettre des intentions de messe à ces 24 prêtres, de même qu’un total de 11  900 €, de sorte que chacun d’eux reçoive 496 € pour l’année entière.

 

Pérou : 500 bibles pour la pastorale des prisons

Comme dans de nombreuses régions du monde, les prisons sont surpeuplées en Amérique latine et les conditions de vie y sont difficiles. La prison de Callao au Pérou, par exemple, est prévue pour 1500 détenus mais elle héberge 5600 prisonniers. La pastorale des prisons joue un rôle salvateur. Les détenus se réunissent deux fois par semaine pour la Lectio Divina ensemble. Une messe à laquelle participent près de 800 prisonniers est célébrée chaque semaine, et les fêtes de l’année liturgique sont également célébrées.

Mgr José Luis del Palacio Peréz-Medel s’est lui-même rendu à plusieurs reprises à la prison. Lorsqu’il est allé à Rome en 2008 voir le pape François, il lui a remis une lettre écrite par les prisonniers. Le pape a répondu en personne et les a encouragés à croire et à avoir confiance en l’aide et en la Miséricorde du Christ, malgré toutes leurs erreurs et leurs faiblesses.

Afin de connaître mieux et plus en profondeur le message d’Amour et de Miséricorde de Dieu, les Saintes Écritures sont indispensables. Mais les prisonniers et leurs familles sont pauvres et ne peuvent pas s’acheter de bible. 500 bibles ont déjà pu être distribuées en 2017 avec l’aide de l’AED. Grâce à nos bienfaiteurs, nous avons maintenant pu à nouveau donner 5000 €, ce qui a permis de mettre 500 autres exemplaires à la disposition de la pastorale de la prison.

 

Ce fut une grande joie et un grand réconfort pour les détenus. L’évêque nous écrit que les prêtres qui travaillent à la pastorale de la prison ont également été très heureux. Les bibles sont utilisées pour la Lectio Divina et la catéchèse des candidats au baptême. Un grand merci à tous ceux qui ont participé à ce beau projet !

 

Ukraine : Aide à l’achèvement d’un centre paroissial à Voyutychi

De nos jours, les conséquences de la persécution de l’Église par l’Union soviétique se font encore sentir en Ukraine. De nombreux bâtiments dont l’Église avait été expropriée par les communistes n’ont toujours pas été rendus ou sont dans un état pitoyable. Ce n’est que progressivement qu’ils pourront être réparés. Et ils devront être reconstruits là où ils ont disparu ou ne peuvent plus être sauvés.

La paroisse catholique romaine Sainte Catherine d’Alexandrie à Voyutychi, dans l’ouest de l’Ukraine (district de Lviv), a été rouverte en 1990 après le changement de régime politique. Cependant, le chemin a été long avant que l’église ne soit restaurée. Le presbytère était en revanche en si mauvais état qu’il a fallu le démolir. Les prêtres vivent encore aujourd’hui dans des pièces étroites et inadaptées, au-dessus de la sacristie de l’église, car ils n’ont pas de logement.

Il n’y a pas non plus d’espaces adaptés pour les nombreuses activités de cette paroisse vivante qui rassemble 148 familles. Les groupes d’enfants et de jeunes, les enfants de chœur, le club des aînés, la Légion de Marie, la chorale paroissiale et bien d’autres groupes ont jusqu’à présent dû se contenter de locaux inappropriés, ce qui entrave cependant le travail à long terme.

Il a donc été décidé de construire un centre paroissial pour fournir à la fois un logement aux deux prêtres et des locaux pour les activités des différents groupes de la paroisse. Les travaux ont déjà commencé. Le père Victor Palczynski nous a demandé de l’aide pour les terminer. Une aide de 10 000 € permettra la prochaine remise en service du bâtiment.

Mentions légales | Crédits | Vie privée | Informations Cookies