200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Nos actions

Syrie :
Des anoraks solidaires pour affronter l’hiver

OBJECTIF :
201 818 €
61 207 € collectés

Le contexte

Neuf ans après le début de la guerre, la situation en Syrie reste critique. Plus d’une école sur trois a été endommagée ou détruite, et l’embargo économique frappe toujours durement le pays. À cela, s’ajoute la crise du coronavirus et ses conséquences désastreuses.

Les familles syriennes souffrent toujours de prix élevés qui ne sont pas à la mesure des revenus. Le salaire du « soutien de famille », prévu par le gouvernement, n’est en moyenne pas suffisant pour faire vivre la famille pendant une semaine. Les sanctions les étouffent aussi, au point de dire : « Nous sommes étranglés. »

Parmi la population touchée, les enfants sont de loin les plus vulnérables. Ils souffrent de maladies et de malnutrition. Ils sont également exploités : se pratiquent encore le travail des enfants, l’entraînement d’enfants-soldats ou le mariage d’enfants. Certains disent qu’en raison de la guerre civile, il y a un million d’orphelins en Syrie.

 

Le projet

Sœur Annie Demerjian et la Congrégation de Jésus et de Marie ont pris soin des familles et des personnes vulnérables tout au long des années de guerre et de difficultés. À l’approche de l’hiver, elles ont voulu s’assurer que des vêtements chauds sont garantis au moins pour les enfants. Sr. Annie écrit qu’elles ont fait confiance à la générosité des bienfaiteurs et ont « emprunté une somme d’argent pour réserver du tissu pour la couture d’anoraks. » En raison des prix incroyablement élevés du textile en Syrie, il est en effet très difficile de s’en procurer. D’autant que les vêtements d’hiver se font rares sur les marchés, pendant les fêtes.

« Avec votre généreux soutien, nous souhaitons fournir des anoraks en cet hiver rigoureux pour réchauffer nos enfants. »

Les religieuses prévoient d’atteindre 25 000 enfants dans toute la Syrie. « Vous mettrez un sourire sur les visages des enfants », ajoute Sr. Annie. En aidant également les petites usines à produire ces vêtements, elles entendent ainsi soutenir l’économie du pays.

 

 

 

 

 

Mentions légales | Crédits | Vie privée | Informations Cookies