200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Syrie : Alep revient à la vie

Publié le 28 août 2017

À Alep, la population est toujours dépendante de l’aide d’urgence. Pourtant, certains quartiers reprennent vie et beaucoup sont de retour.

Plusieurs quartiers d’Alep sont en train de revenir à la vie. Des habitants retournent en grand nombre dans la ville bombardée, et les rues sont à nouveau livrées à la circulation et à la foule. Le père Andrzej Halemba, coordonnateur des projets de l’AED au Proche-Orient, a révélé comment des milliers de personnes revenaient dans cette ville, alors que des maisons sont en cours de rénovation et 3000 magasins en travaux.

S’exprimant à la suite d’un voyage d’enquête et d’évaluation de projet dans la ville syrienne, il a poursuivi en affirmant qu’en raison de la pauvreté généralisée et d’une violence persistante, en particulier à l’extérieur du centre-ville, la population dépendait toujours de l’aide extérieure. Le père Halemba, qui est revenu de Syrie au cours de la semaine, a déclaré : « Actuellement, il y a seize types d’aide fournie par l’AED dans tout le pays, dont les paniers alimentaires, l’aide au logement et la santé. » Qu’il s’agisse de médecins ou d’enfants, de syriaques catholiques ou de syriaques orthodoxes, de latins, de Maronites ou autres,les familles chrétiennes d’Alep disent : « Nous ne survivrions pas sans cette aide. » Sans cette aide, ils seraient obligés d’émigrer.

« Recommencer à vivre »

Le père Halemba a souligné l’importance des bourses afin que les jeunes puissent achever leurs études et leur formation et commencer à travailler à Alep plutôt que d’émigrer vers le Liban ou l’Occident. Il a ajouté : « Nous avons aussi une vie sociale qui commence à reprendre. » Ses commentaires font suite au rapport du père franciscain Ibrahim Alsabagh, d’après lequel 3200 fidèles – parents et enfants – ont assisté à Alep à l’événement clôturant un camp d’été qui comprenait de la danse, du sport, du dessin, de la peinture ainsi que de la catéchèse. Un pique-nique dans la cour des Franciscains de Terra Sancta, à Alep, a également pu rassembler environ 1200 chrétiens.

Le père Ibrahim et le père Halemba ont décrit les combats continus, notamment dans les faubourgs de la ville. Le père Halemba raconte : « J’étais dans le diocèse latin, et des bombes tombaient un kilomètre plus loin. J’entendais les bombes exploser tous les jours. » Soulignant que le centre-ville était relativement sûr, les deux prêtres ont parlé d’espoir. Le père Ibrahim a déclaré : « Après six années de guerre, le temps de la reconstruction a commencé – pas seulement pour la ville, mais aussi pour les cœurs. Le conflit a laissé des blessures profondes, mais en même temps que la douleur, la frustration et la fatigue, j’ai aussi vu chez les gens la détermination de recommencer à vivre. »

L’AED a soutenu 30 projets le mois dernier pour aider la population d’Alep et d’ailleurs en Syrie.

Archives