200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Syrie: chrétiens assyriens aux prises avec l'État Islamique

Publié le 24 février 2015


Une centaine de chrétiens assyriens du nord-est de la Syrie sont actuellement détenus par le groupe Etat Islamique qui a pris d’assaut plusieurs villages assyriens  hier matin, 23 février, provoquant l’exode de centaines de personnes vers Hasseke.

Hier 23 février, l’organisation EI a attaqué les villages du nord-est de la Syrie, dans la région de Khabour, du gouvernorat de Hassake. L’archimandrite Emanuel Youkhana, leader des chrétiens assyriens et responsable du CAPNI (Christian Aid Program Northern Iraq) confiait ce matin à l’AED plus de détails sur l’avancée de Daesh et la situation des chrétiens sur place : « J’ai pu parler par téléphone à l’un des contacts de CAPNI  à  Hasseke qui préfère rester anonyme. Les combats ont commencés lundi très tôt le matin à 4h00 du matin (heure syrienne) quand Daech a ouvert un front de combat de 40km  de Tel Shamiram à Tel Hormizd (voir la carte).  Daech a profité de l’engagement militaire du PYD (Parti démocratique de l’union Kurde) sur d’autre front pour avancer. Particulièrement à la frontière Irako-syrienne. C’est pourquoi il y a eu moins de résistance pour combattre les djihadistes. »

La situation des chrétiens est extrêmement difficile : «  Le nombre de ces familles n’est pas définitif mais plus de 600 ont réussi à fuir. La majorité a trouvé refuge à Hasseke où les gens sont hébergés dans l’église. Mgr Mar Aprem Athniel, que j’ai eu au téléphone, témoigne que l’église et la salle communautaire sont remplies de tous ces réfugiés. » D’autres sont à Qamishly. Malheureusement,  explique l’archimandrite Youkhana, « plusieurs personnes ne sont pas parvenues à s’enfuir et ont été capturées par Daech, selon notre source : 50 à Tel shamiran, 26 à Tel Gouran, 28 à Tell Jeziea et 14 jeunes (12 garçons et 2 filles) qui défendaient Tel Hormiz. Daech les a rassemblé puis à mis à part les femmes et les enfants. » L’Archimandrite rajoute : « Connaissant les habitudes barbares et brutales de Daech avec ses prisonniers, l’avenir de ces personnes est pour nous une grande source de préoccupation. Milad, un jeune homme de 17 ans, a été martyrisé. »

Selon l’archimandrite Youkhana, les églises de Tel Hormez et de Tel Shamiran  ont été brulées, et d’autres incendies ont été repérés.


La région de Khabour dispose de 35 villages assyriens.
(Voir la carte ci-jointe). Ces villages ont été créés par les Assyriens qui avaient fui le massacre d’août 1933 en Irak et qui se sont installés en Syrie dans l’espoir de revenir un jour dans leur patrie de l’Irak. Selon l’archimandrite, « jusqu’à présent, ils n’utilisent jamais le terme « village » ou « ville » pour leurs colonies dans Khabour. Ils insistent pour dire « camps » pour refléter le fait qu’ils sont installés là temporairement jusqu’à ce qu’ils retournent en Irak ».

Pour Marc Fromager, directeur de l’AED France : « Cela fait 80 ans que ces familles chrétiennes essaient de survivre à des massacres et visiblement, leur chemin de croix n’est pas terminé ! Combien de morts faudra-t-il encore avant que nous ne réagissions ? »

Archives