200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Syrie : "priez pour le Père Jacques et pour notre communauté!"

Publié le 27 mai 2015

Après l’enlèvement du prêtre Jacques Mourad et d’un diacre jeudi 21 mai, la consternation reste vive en Syrie. Dans un entretien avec l’AED, le Père Youssef, de la communauté monastique catholique de Mar Moussa à laquelle appartient également le Père Jacques, lance un appel à la prière.

 « Priez pour le Père Jacques et pour son accompagnateur, et aussi pour notre communauté » exhorte le Père Jihad Youssef lors d’un entretien ce lundi 25 mai avec l’AED. Appartenant à la communauté monastique catholique de Mar Moussa dont le Père Jacques Mourad est le Prieur, il poursuit : «  Des hommes armés et masqués ont enlevé les deux hommes. Nous ne savons ni de qui il s’agissait, ni où nos frères se trouvent actuellement. Nous sommes dans l’obscurité la plus complète ».

Le Père Jacques intervenait dans le monastère Mar Elian, à Qaryatayn, pour les personnes victimes de la guerre syrienne, explique le Père Youssef. «  Il accordait une attention particulière aux projets de rénovation pour que les gens puissent réintégrer leurs maisons détruites. Le suivi psychologique des personnes vivant dans ce pays en guerre, tout comme les autres formes d’aide humanitaire d’urgence, lui tenaient également à cœur. Il s’occupait des réfugiés depuis des années », poursuit-il. « Le Père Jacques ne faisait aucune distinction entre chrétiens et musulmans. Il aidait toutes les personnes en détresse. »

Le travail du Père Jacques bénéficie du soutien de l’Aide à l’Eglise en Détresse depuis plusieurs années. Récemment encore, il adressait un e-mail à l’AED pour remercier de l’aide accordée (à hauteur de plus de 100 000 euros) en témoignant de sa motivation. « Les efforts que nous déployons pour aider les musulmans qui souffrent et qui sont opprimés dans notre région ne sont rien d’autre que l’expression de la position de l’Église qui se sait liée à l’image du Christ crucifié. Aujourd’hui, notre témoignage reflète la lumière qui émane de la croix et  annonce une nouvelle espérance en la résurrection, au profit de l’humanité entière. »

Le Père Andrzej Halemba, en charge des projets de l’AED au Proche-Orient, exprime son indignation suite à l’enlèvement du Père Jacques. « Nous assistons une fois de plus à un exemple de haine aveugle. Le Père Jacques a toujours apporté son assistance à toutes les personnes, qu’elles soient chrétiennes ou musulmanes. Il aidait tout le monde, sans jamais prendre parti. Pourquoi enlève-t-on un homme comme lui ? Nous voyons une fois de plus à quel point la guerre met à l’épreuve les meilleures personnes. Le Père Jacques est un chef spirituel pour nombre de chrétiens et de musulmans. Des personnes des deux religions s’adressaient à lui et lui faisaient confiance. »

En Syrie, la foi reste vive malgré la situation « épouvantable »

Le Père Halemba est actuellement en Syrie pour le suivi des différents projets de l’AED : « La situation est épouvantable. À Qousseir, près de la frontière libanaise, j’ai traversé une ville fantôme. L’ampleur des destructions vous évoque des images apocalyptiques. Partout, on y voit la folie de la guerre », se désole le Père Halemba. « D’un autre côté, il y a également des signes de vie et d’espoir. J’ai rencontré de nombreux chrétiens qui tentent de vivre leur foi même dans ces circonstances. » Comme par exemple ce père de trois enfants qui refuse de quitter le pays. « Il m’a affirmé qu’il ne veut pas aller en Europe mais souhaite accomplir sa vocation chrétienne dans sa patrie, en Syrie. J’ai également été touché par la joie des 51 enfants qui viennent de recevoir leur première sainte communion dans la vieille ville de Homs. Et à Yabroud, lors d’une cérémonie, des écoliers ont appelé tous les responsables de la guerre à ne plus leur voler leur avenir. Les enfants et les jeunes sont particulièrement habités par l’envie de vivre. Cette visite m’a, une fois de plus, conforté dans la conviction que nous devons absolument aider ceux qui vivent en Syrie à retrouver un peu d’espoir en dépit de toute la détresse ambiante. »

L’AED est particulièrement active au Proche-Orient. Depuis la fin de l’année 2011, plus de douze millions d’euros ont été versés pour aider les chrétiens de Syrie et d’Irak. L’AED a récemment débloqué plus de deux millions d’euros en faveur de l’aide humanitaire en Syrie.

Archives