200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Un million et demi de chapelets voguent de Bethléem à Panama

Publié le 21 janvier 2019

Le pape François a exprimé à plusieurs reprises un souhait spécifique : que les jeunes du monde entier prient pour la paix dans le monde. Pour répondre à cette demande, un chapelet fabriqué à Bethléem leur sera remis lors des Journées Mondiales de la Jeunesse au Panama qui commenceront demain.

Caritas Jérusalem s’est chargée de la fabrication des chapelets, ce qui lui a permis de donner du travail, pendant un an, à 200 familles nécessiteuses, à de jeunes chômeurs, à des prisonniers et à des réfugiés, à Bethléem et dans les environs. La fabrication d’un chapelet, qui peut également être utilisé comme bracelet, coûte un dollar pièce.

L’initiateur du projet, l’évêque émérite de Reykjavik, Mgr Peter Bürcher explique : « Il est possible d’acheter des chapelets à bas prix en Chine mais nous pouvons aussi faire de leur fabrication à Bethléem un signe de solidarité active avec les habitants de Terre Sainte ». Les chapelets sont taillés dans du bois d’olivier de Bethléem, cultivé selon des normes d’agriculture raisonnée. L’un des 300 ouvriers qui travaille à la fabrication des chapelets, Tahrir, témoigne : « Quand je pense que nos chapelets, dont le bois a grandi sur nos champs des environs de Bethléem, se retrouveront dans plus d’un million de foyers autour du monde, je ressens une joie intense ». Chaque chapelet est emballé accompagné d’un portrait du pape François.

L’archevêque de Panama reçoit les cartons

Mgr Ulloa Mendieta, archevêque de Panama, est également l’un des parrains du projet ; il a qualifié cette entreprise de « bénie » : « D’une part, cela favorise la prière, et d’autre part, cette initiative contribue à aider nos frères et sœurs de Terre Sainte ».

Il s’est rendu dans l’un des 21 ateliers qui confectionnent les chapelets pour observer par lui-même les différentes étapes de fabrication, depuis la coupe jusqu’au traitement du bois. Certaines des ouvrières qu’il a rencontrées lui ont révélé que l’argent qu’elles avaient gagné leur avait permis de poursuivre des études.

Les chrétiens de Bethléem travaillent depuis des mois à la fabrication d’un million de chapelets. Pour eux, il est important de savoir que, par leur travail, ils contribuent à ce que des centaines de milliers de jeunes prient pour la paix et réalisent ainsi un souhait personnel du Pape. Mais grâce à ce projet, ils savent aussi que, malgré l’obscurité des guerres au Moyen-Orient, ils n’ont pas été oubliés.

Au moins un demi-million de jeunes sont attendus au Panama. Le Pape François a appelé à maintes reprises à prier le Rosaire en disant qu’avec cette prière, rien n’est impossible, car « la prière du Rosaire est le résumé de l’histoire de la Miséricorde de Dieu ». La récitation du Rosaire est aussi en harmonie avec le thème de ces Journées Mondiales de la Jeunesse : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole » (Luc 1:38).

L’AED soutient notamment plusieurs projets en lien avec les Journées Mondiales de la Jeunesse au Panama. Elle est l’un des sponsors des chapelets qui se trouvent dans le sac à dos des pèlerins.

Archives