200 millions de chrétiens ne peuvent vivre leur foi librement > faire un don

Venezuela : Un prêtre partenaire de l’AED assassiné

Publié le 22 octobre 2020

C’est choqués et avec une immense tristesse que nous avons appris mercredi 21 octobre le meurtre du Père José Manuel, prêtre de 39 ans du diocèse de San Carlos de Cojedes (Venezuela). D’après nos sources, il aurait été assassiné à bout portant, à l’issue de la messe, par une personne à qui il cherchait à venir en aide.

Mgr Polito Rodríguez Méndez, L’évêque de San Carlos de Venezuela, précise : « Le prêtre, au moment de saluer ce petit groupe de personnes, a vu une femme qui venait d’être victime d’un vol à la tire. Alors qu’il lui venait en aide, il a été victime d’un tir d’arme de poing. Jusqu’au dernier moment, le Père José Manuel [de Jesus Ferreira] a fait le bien ». Bien qu’il ait été transporté à l’hôpital de San Carlos, le prêtre y est mort peu après. Les obsèques ont été célébrées hier dans la Paroisse dont il avait la responsabilité.
Le Père José Manuel de Jesus Ferreira est né à Caracas (Venezuela) le 25 novembre 1980, d’un couple d’immigrés portugais.

Il est entré dans la Congrégation des Prêtres du Sacré-Coeur de Jésus en 2000. Il a été ordonné prêtre le 19 décembre 2009. Actuellement, il était Curé du Sanctuaire eucharistique diocésain Saint Jean Baptiste remontant à l’époque coloniale dont il avait débuté la restauration, promouvant également différentes activités à caractère social en faveur des plus défavorisés. Entre autres missions, il était responsable de la Pastorale missionnaire du Diocèse de San Carlos. Ceux qui l’ont connu se souviennent de son esprit charismatique et dynamique, toujours intéressé à développer des activités innovantes. D’un caractère affable et tranquille, il était toujours disponible pour aider ses frères.

Partenaire de l’AED, ce jeune prêtre missionnaire nous avait tout particulièrement marqués par sa dévotion et son grand amour pour le Christ.

« N’ayez pas peur ! nous exhorte le Père Werenfried, nous avons nous-mêmes notre salut en main. Car le prince des ténèbres n’est pas à craindre parce qu’il est fort dans la haine, mais parce que nous sommes faibles dans l’amour ; non parce qu’il tue des chrétiens, mais parce que mille choses nous lient à ce monde ».

 

Archives